La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 303,17
    -633,87 (-2,05 %)
     
  • Nasdaq

    13 270,60
    -355,47 (-2,61 %)
     
  • Nikkei 225

    28 635,21
    +89,03 (+0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,2117
    -0,0052 (-0,42 %)
     
  • HANG SENG

    29 297,53
    -93,73 (-0,32 %)
     
  • BTC-EUR

    25 807,79
    -1 043,23 (-3,89 %)
     
  • CMC Crypto 200

    627,90
    -12,02 (-1,88 %)
     
  • S&P 500

    3 750,77
    -98,85 (-2,57 %)
     

Briser les trusts des Gafa : un combat impossible à mener ?

·2 min de lecture

Dispositifs de surveillance en Europe, actions en justice aux Etats-Unis : les régulateurs passent à l’attaque contre les positions dominantes des géants de la Silicon Valley. Leurs chances de réussite ? Faibles.

Longtemps, les régulateurs américains ont fermé les yeux sur la montée en puissance des grandes entreprises du secteur numérique. Ceux de l’Union europé­enne, eux, s’en sont inquiétés, mais sans vraiment réagir. L’heure de la riposte semble toutefois avoir sonné. Le 15 décembre dernier, l’Union européenne a dévoilé un puissant dispositif de sur­veillance des acteurs de la Silicon Valley. Et aux Etats-Unis, le gouvernement fédéral a lancé des procédures antitrust contre Google et Facebook.

Outre-Atlantique, les chances de voir adopter de nouvelles réglementations restent faibles en raison du blocage du Congrès. Certains hommes politiques estiment qu’avoir des entreprises technologiques dominantes est un avantage stratégique face à la Chine. Les régulateurs devront donc démontrer que ces firmes ont enfreint la loi. Le dossier contre Google a des chances d’aboutir. Il concerne le versement annuel par Google de plus de 10 milliards de dollars à Apple et à d’autres firmes afin de s’assurer de la visibilité dominante des services Google sur les écrans des utilisateurs. La procédure contre Facebook, accusé d’avoir racheté WhatsApp et Instagram afin d’éliminer la concurrence, paraît plus fragile : à l’époque de ces acquisitions, les deux entreprises étaient en effet de taille modeste.

La stratégie de l’Union européenne est plus ambitieuse. Elle vise à imposer certaines obligations aux grandes firmes tech sur les données et la façon de traiter les entreprises tierces utilisant leurs plateformes. Le risque est certes de voir ces dispositions entraver le dynamisme du secteur et renforcer les acteurs existants. Reste que même si l’Europe adopte de nouvelles règles, elle pourrait avoir du mal à les mettre en œuvre. Les cinq plus grosses entreprises technologiques réalisent 25 % de leurs ventes en Europe, contre 51 % outre-Atlantique. L’amende maximale envisagée par Bruxelles ne serait que de 1 % de la valorisation boursière des Big Tech. Difficile d’imaginer que l’Union européen[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi