Marchés français ouverture 3 h 5 min
  • Dow Jones

    28 363,66
    +152,84 (+0,54 %)
     
  • Nasdaq

    11 506,01
    +21,31 (+0,19 %)
     
  • Nikkei 225

    23 586,69
    +112,42 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1802
    -0,0024 (-0,20 %)
     
  • HANG SENG

    24 947,46
    +161,33 (+0,65 %)
     
  • BTC-EUR

    10 986,82
    +1 629,16 (+17,41 %)
     
  • CMC Crypto 200

    261,35
    +5,25 (+2,05 %)
     
  • S&P 500

    3 453,49
    +17,93 (+0,52 %)
     

Brexit: "Ce sera du lose lose " selon Michel Barnier

·2 min de lecture

Rendez-vous a été fixé dès potron-minet. Elégant, énergique, Michel Barnier arrive à grandes enjambées pour nous accueillir. On ne peut s’empêcher de se demander d’où lui vient cet allant au bout de trois longues années de disputes, psychodrames, chicaneries dans les pourparlers qu’il mène sur le Brexit. En octobre 2019, l’acte de divorce a été signé dans une atmosphère de guerre picrocholine ;

"Les Britanniques n’arriveront pas à me lasser, assure le négociateur en chef des Européens. Je garde la même capacité d’enthousiasme, d’indignation et de travail que lorsque j’ai été élu la première fois." C’était en Savoie, en 1973. Aujourd’hui, à 69 ans, il s’affiche plus pugnace que jamais. Lui contre lequel les tabloïds outre-Manche ont multiplié les foudres, allant même titrer, mi-mars quand il a attrapé le Covid-19, qu’il a été "le patient zéro de Downing Street" et qu’il "a contaminé le Premier ministre comme ultime vengeance" est zen. Ultra zen. "Le flegme a changé de camp", remarque hilare le commissaire européen Thierry Breton.

"Ce sera du lose lose "

Au cours des semaines passées, les nerfs du Savoyard ont pourtant été mis à rude épreuve. début septembre, de ne pas respecter une partie des clauses du divorce qu’il a lui-même acceptées il y a tout juste un an. "Personne en Europe ne comprend cette provocation", souligne le Français, volontairement euphémique. Car, il l’a souvent répété, pas question pour lui de hausser le ton. "Je suis capable d’émotion et de passion, mais, dans le Brexit, j’ai décidé de rester calme, quoiqu’il advienne. Ce qui compte, ce sont la réalité, les faits, les arguments juridiques, les chiffres." Et, bien sûr, ses sempiternels graphiques tout en couleurs qu’il a toujours sous la main, pour prouver l’impact négatif de la séparation. "Ce sera du lose lose "(perdant-perdant), martèle-t-il en franglais, lui qui dans la négociation met un point d’honneur à s’exprimer en français, avec des interprètes à ses côtés. "La précision."

Unanimité sur[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi