Marchés français ouverture 2 h 30 min

Le Brexit fera du Royaume-Uni “un joueur de seconde zone”, selon l’Union européenne

La Grande-Bretagne va-t-elle bientôt devenir un "joueur de seconde zone" ? C'est l'avis du président du Conseil européen Donald Tusk, qui juge qu'après le Brexit, le pays sera incapable de concourir avec des puissances telles que les Etats-Unis, la Chine et l'Union européenne. Le Brexit marque "la fin véritable de l'Empire britannique" et les partisans du Brexit ont été abusés s'ils pensaient que quitter l'UE permettrait à leur pays de retrouver sa prépondérance dans les affaires mondiales, a ajouté l'ancien Premier ministre polonais dans un discours prononcé à Bruges devant le Collège d'Europe, qui forme les nouvelles générations de fonctionnaires européens.

Les propos directs de Donald Tusk, dont le mandat de président du Conseil européen s'achève à la fin du mois, interviennent à un moment où la Grande-Bretagne s'apprête à retourner aux urnes pour un scrutin législatif crucial où la question du Brexit divise en profondeur la classe politique britannique. Certains partisans du Brexit ont fait valoir que quitter l'Union européenne, le plus grand ensemble commercial du monde, permettrait à la Grande-Bretagne de tisser des liens économiques plus étroits avec d'autres pays.

>> A lire aussi - Désespéré par l'Europe, DSK se dit Brexiter

"Vous pouvez entendre là un désir d'Empire. Mais le fait est que c'est exactement le contraire (qui va se produire). C'est seulement en faisant partie d'une Europe unie que le Royaume-Uni peut jouer un rôle mondial", a poursuivi Donald Tusk. "Et le monde le sait... Après son départ, le Royaume-Uni deviendra un outsider, un joueur de deuxième zone, alors que les choses sérieuses se passeront avec la Chine, les Etats-Unis et l'UE", a poursuivi le président du Conseil européen.

>> Notre service - Un test pour connaître son profil d’épargnant et bénéficier d’un conseil d’investissement en ligne, gratuit, personnalisé et suivi

Donald Tusk, qui n'a jamais caché son hostilité à un départ de la Grande-Bretagne, a appelé les partisans d'un maintien du

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Brexit : le Royaume-Uni rejette un ultimatum de l’Union européenne
Brexit : “le fossé reste important” entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, avertit l’Irlande
Brexit : semaine cruciale pour le Royaume-Uni et l'Union européenne
Brexit : dialogue de sourds entre l'Union européenne et le Royaume-Uni
Brexit : un accord "possible cette semaine", juge le négociateur de l’Union européenne