Marchés français ouverture 2 h 51 min
  • Dow Jones

    30 937,04
    -22,96 (-0,07 %)
     
  • Nasdaq

    13 626,06
    -9,93 (-0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    28 600,80
    +54,62 (+0,19 %)
     
  • EUR/USD

    1,2164
    -0,0004 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    29 454,02
    +62,76 (+0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    26 142,80
    -226,02 (-0,86 %)
     
  • CMC Crypto 200

    639,84
    -7,48 (-1,16 %)
     
  • S&P 500

    3 849,62
    -5,74 (-0,15 %)
     

Brexit: "on aura fini avant le 31 décembre"

·2 min de lecture

Avec ou sans accord, les négociations post-Brexit seront terminées le 31 décembre, a considéré le secrétaire d'Etat chargé des Affaires européennes Clément Beaune.

Les négociations sur le seront terminées, avec ou sans accord, d'ici le 31 décembre, a pronostiqué mercredi le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, contredisant les déclarations la veille du négociateur européen

"Je ne souhaite pas qu'on aille au-delà de la fin de l'année. Il faut qu'on puisse finir dans les jours qui viennent, cette négociation devait s'arrêter début novembre", a déclaré Clément Beaune sur le plateau de BFM Business. "Je pense qu'on aura fini avant le 31 décembre".

Mardi, Michel Barnier avait indiqué que l'UE était prête à négocier un accord post-Brexit avec le Royaume-Uni "jusqu'à la fin de l'année et au-delà" si nécessaire, refusant d'avoir les mains liées par une date butoir.

Il entend ainsi se prémunir contre la pression du calendrier, quitte à accepter le choc d'un "no deal" à partir du 1er janvier, si un accord n'a pas été trouvé quand le Royaume-Uni - qui a officiellement quitté l'UE le 31 janvier - abandonnera définitivement le marché unique.

"Ce qu'a voulu dire Michel Barnier, c'est qu'il ne faut pas se mettre nous-même, Européens, sous la pression du temps en disant: on conclut telle heure, tel jour, parce que sinon ça veut dire qu'on se met en position de faire de mauvaises concessions", a expliqué Clément Beaune.

"C'est d'abord ce qu'on s'est donné comme date. Juridiquement, le 31 décembre, le Royaume-Uni devient un pays tiers, et on voit ce que ça fait ces jours derniers. Et il faut donner de la visibilité à nos entreprises, à nos investisseurs, à nos pêcheurs", a-t-il ajouté.

"Si on pense que ce n'est pas un bon accord, alors il vaut mieux ne pas avoir d'accord. Mais il ne faut pas avoir un romantisme du +no deal+, ce n'est pas une bonne solution", a-t-il encore ajouté.

(Avec AFP)

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi