La bourse est fermée

Brexit : 5 pommes de discorde pour les négociations avec le Royaume-Uni

Alors que le vote en faveur du Brexit remonte déjà à près de 4 ans, les discussions entre l'Union européenne et le Royaume-Uni sur un accord global post-Brexit d'ici la fin de l'année s'annoncent d'ores et déjà houleuses, les deux camps ayant déjà fixé des lignes rouges. Plusieurs points de friction sont susceptibles de ralentir, voire de bloquer les négociations. Voici lesquels.

Pêche

Le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier, conditionne la conclusion d'un partenariat commercial avec le Royaume-Uni à un accord sur la pêche. Pour huit Etats membres, dont la France ou le Danemark, la poursuite de l'accès aux eaux territoriales britanniques est jugée indispensable, car vital pour leurs pêcheurs. Le mandat de négociation de l'UE souligne que l'accord devra préserver l'activité des pêcheurs "qui ont traditionnellement pêché dans les eaux britanniques".

Une position qui pourrait se heurter à celle de Londres: "Le Royaume-Uni deviendra un État côtier indépendant à la fin de 2020 et tout accord doit refléter cette réalité.", précise une déclaration publiée lundi. Londres entend négocier chaque année avec l'UE l'accès à ses eaux, comme le font aujourd'hui la Norvège, l'Islande et les îles Féroé, et envisage "un mécanisme de coopération".

>> A lire aussi - D'un point de vue historique, le Brexit n'est pas une surprise

Finance

L'accès au marché européen des services financiers britanniques constitue l'une des monnaies d'échange des Européens, tant le secteur a d'importance pour le Royaume-Uni et sa City. Les entreprises britanniques perdront le "passeport" européen qui leur permet d'être actives sur le continent. A la place, elles devront obtenir de l'UE une "équivalence", via "une décision unilatérale de la Commission", comme le rappelle un fonctionnaire européen. Le Royaume-Uni semble prêt à accepter certaines concessions pour accéder au marché. Il souhaite même "renforcer" la "coopération en matière de réglementation et de surveillance", "compte tenu des liens approfondis dans

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Pétrole, gaz… des drones armés attaquent des sites en Syrie
Total, l'Oréal, Sodexo... ces entreprises qui vont former leurs propres apprentis
Ecoles, collèges... le fichier noir de l’amiante
L'apprentissage a de plus en plus la cote auprès des jeunes
Et maintenant, un virus menace les tomates