La bourse est fermée

"Braves gens, boursicotez !" : quand le gouvernement cherche à biberonner les Français à la finance

L’exécutif compte d’abord acculturer les esprits...

Faute de culture économique et financière, les Français auraient un usage trop prudent de leur épargne, ce qui nuirait à l’économie toute entière. C’est en substance l’un des crédos actuels du gouvernement. « Les Français ont besoin de diversifier leur épargne, cela fait partie des enjeux majeurs pour cette majorité », affirmait d’un ton paternaliste le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire à l'issue d’un « Comité stratégique d'éducation financière » le 26 novembre dernier. L’idée est de pousser les Français à investir davantage en bourse. Et donc à prendre plus de risques.

Acculturer les esprits

Pour ce faire, l’exécutif compte d’abord acculturer les esprits. Pour les plus jeunes, il prévoit d’introduire la finance dans l’enseignement dès le collège et dans le cadre du service national universel (SNU). Et pour le reste, Bercy a proposé, en guise d’entrée en matière, de participer à l’introduction en bourse de la Française des Jeux (FdJ). Résultat, plus de 600 millions d’euros d’actions de la FdJ auraient été demandés par des particuliers. Bruno Le Maire est comblé. « Ce succès marque la réconciliation des Français avec l’économie, les marchés, les entreprises, une réconciliation nécessaire après la crise financière de 2008 », s’enflamme-t-il. Avouons que l’épargne des Français à bon dos : elle se substitue en somme à l’Etat qui se désengage. Pourtant, poursuit Bruno Le Maire, «

Lire la suite