La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 612,76
    -21,01 (-0,32 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,30
    -27,47 (-0,67 %)
     
  • Dow Jones

    34 935,47
    -149,06 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,1872
    -0,0024 (-0,20 %)
     
  • Gold future

    1 816,90
    -18,90 (-1,03 %)
     
  • BTC-EUR

    35 682,96
    +334,80 (+0,95 %)
     
  • CMC Crypto 200

    955,03
    +5,13 (+0,54 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,81
    +0,19 (+0,26 %)
     
  • DAX

    15 544,39
    -96,08 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 032,30
    -46,12 (-0,65 %)
     
  • Nasdaq

    14 672,68
    -105,59 (-0,71 %)
     
  • S&P 500

    4 395,26
    -23,89 (-0,54 %)
     
  • Nikkei 225

    27 283,59
    -498,83 (-1,80 %)
     
  • HANG SENG

    25 961,03
    -354,29 (-1,35 %)
     
  • GBP/USD

    1,3908
    -0,0050 (-0,35 %)
     

Bras de fer de Stellantis contre ses concessionnaires: la querelle des chiffres

·2 min de lecture

Stellantis (PSA et FCA) a résilié ses réseaux de distribution. Les nouveaux contrats ne sont pas encore prêts, et les concessionnaires contestent fermement les coûts de distribution avancés par le groupe auto.

Ce n’est pas fini. Dans son bras de fer avec ses concessionnaires européens, "n’a toujours pas défini précisément les nouvelles clauses", indique un concessionnaire du constructeur regroupant depuis janvier PSA et Fiat Chrysler. Pourtant, les concessionnaires auraient dû être fixés sur leur sort à la mi-juillet. Et (Conseil national des professions de l’automobile) publiée lundi 19 juillet conteste fermement les énormes coûts de distribution avancés par le groupe automobile pour résilier son réseau de vente. Stellantis avait en effet saisi le prétexte d’une nouvelle réglementation européenne sur la distribution sélective applicable en juin 2023 pour résilier son réseau sur le Vieux continent. Avec un préavis de deux ans.

Le groupe l’avait annoncé le 20 mai dernier. "Les coûts de la distribution sont majeurs, puisqu'ils pèsent à hauteur de 30% du prix de vente réel d'une voiture, en comptant les frais de promotion, c'est trop", expliquait alors à Challenges son directeur Europe, Maxime Picat. "L'industrie automobile a vécu une période particulièrement faste et elle a sans doute vécu au-dessus de ses moyens", ajoutait-il.

"Contre-vérités"

"Face aux contre-vérités qui circulent dans le débat public sur le coût de la distribution automobile, le CNPA a mandaté le cabinet TCG Conseil afin d’analyser" la structure desdits coûts de 2011 à 2019, souligne l’organisation professionnelle. Selon l’étude, le coût en question serait en fait "d’un peu plus de 7% en moyenne aujourd’hui, contre 8% il y a dix ans". Pour les seules marques généralistes (, , Ford…), il est même passé "de 7,1% en 2011 à 6,5% en 2019". Mais d’où vient cet énorme différentiel entre constructeur et réseaux? "Des remises de presque 20% sont pratiquées sur les prix catalogue et les constructeurs les imputent aux coûts de distribution", s’insurge le CNPA.

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles