La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 959,39
    +75,60 (+0,25 %)
     
  • Nasdaq

    12 391,01
    +41,65 (+0,34 %)
     
  • Nikkei 225

    26 809,37
    +8,39 (+0,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,2149
    +0,0034 (+0,28 %)
     
  • HANG SENG

    26 728,50
    +195,92 (+0,74 %)
     
  • BTC-EUR

    15 954,05
    +312,19 (+2,00 %)
     
  • CMC Crypto 200

    380,97
    +6,56 (+1,75 %)
     
  • S&P 500

    3 666,35
    -2,66 (-0,07 %)
     

Bras de fer franco-turc : Erdogan "joue à créer une ferveur islamo-nationaliste"

·1 min de lecture

Le ton continue de monter entre la France et la Turquie. Critiquant les propos d’Emmanuel Macron sur les caricatures, le président turc Recep Tayyip Erdogan a publiquement mis en cause la "santé mentale" du président français. La France a depuis rappelé son ambassadeur à Paris. "Erdogan porte au niveau international son discours qui est devenu quotidien au niveau de la politique intérieur", analyse au micro d’Europe 1 le journaliste et politologue turc Ahmet Insel. "Il injurie tout le monde. Les opposants critiques sont déférés devant les tribunaux, il ne supporte pas la critique", résume Ahmet Insel, qui ajoute toutefois : "Il a une verve fascisante".

"Chef politique et chef religieux"

Selon le spécialiste, Erdogan "joue à créer une ferveur islamo-nationaliste" dans l’objectif de se maintenir au pouvoir. Le président cherche à rehausser son image en Turquie, en satisfaisant les composantes de son alliance, les nationalistes d'extrême-droite et les nationalistes laïques. Et à l’échelle internationale, son objectif est de se présenter comme le défenseur des Musulmans, ce qui pousse à le considérer non pas seulement comme un nationaliste turc mais aussi comme un nationaliste-religieux : "Il bâtit une image de Turquie forte, une puissance régionale qui va régner sur les anciennes terres ottomanes."

La dimension religieuse est en effet très présente dans la politique du leader d'Erdogan. Ahmet Insel rappelle notamment son geste hautement symbolique de transformation du musée Sain...


Lire la suite sur Europe1