Marchés français ouverture 7 h 48 min
  • Dow Jones

    34 077,63
    -123,04 (-0,36 %)
     
  • Nasdaq

    13 914,77
    -137,58 (-0,98 %)
     
  • Nikkei 225

    29 685,37
    +2,00 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,2044
    +0,0003 (+0,02 %)
     
  • HANG SENG

    29 106,15
    +136,44 (+0,47 %)
     
  • BTC-EUR

    46 590,17
    -596,11 (-1,26 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 273,66
    -25,30 (-1,95 %)
     
  • S&P 500

    4 163,26
    -22,21 (-0,53 %)
     

Ce bracelet va permettre de contrôler les objets sans les toucher !

Edward Back, Journaliste hi-tech
·2 min de lecture

Avec ses casques de réalité virtuelle Oculus Quest, Facebook a mis en place une fonction expérimentale de suivi des mains, sans manettes, uniquement grâce aux caméras intégrées. La technologie est impressionnante, mais loin d’être parfaite. Son laboratoire de réalité virtuelle et augmentée travaille aussi sur une autre technologie très différente. Dans un nouvel article, Facebook Reality Labs décrit en détail des bracelets neuronaux qui permettent de manipuler les objets dans l’espace virtuel, développés à l’origine par la start-up CTRL-labs rachetée par le réseau social en 2019.

Facebook a décidé de placer ses futurs contrôleurs sur les poignets où ils pourront être portés à longueur de journée, comme une montre. L’idée est qu’à l’avenir, on pourrait porter ses lunettes de réalité augmentée en permanence, et donc nécessiter d’avoir toujours sur soi un moyen d’interagir avec. Pour fonctionner, la firme a intégré des capteurs dans les bracelets afin de mesurer les signaux nerveux qui traversent les poignets lorsqu’on bouge les doigts. Cela s’appelle l’électromyographie (EMG), et cette technologie est suffisamment sensible pour détecter un mouvement de doigt d’un seul millimètre.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Facebook explique le fonctionnement de ses bracelets avec quelques exemples d’utilisation (vidéo en anglais). © Facebook

Une technologie encore à ses débuts

Les bracelets permettent actuellement d’effectuer des « clics » en pinçant le pouce et un doigt. Toutefois, les chercheurs travaillent également sur des gestes plus complexes, comme écrire sur un clavier virtuel. Il serait alors très simple de créer un bureau temporaire n’importe où, simplement en faisant apparaître le clavier et un écran ou document virtuel. En s’appuyant sur l’intelligence artificielle (IA) pour analyser la manière dont on se sert du clavier, y compris les mauvaises habitudes et les erreurs de frappe, la disposition du clavier  pourra être adaptée à chacun et ainsi accélérer la saisie.

Plutôt qu’une interface statique,...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura