Marchés français ouverture 4 h 50 min
  • Dow Jones

    34 035,99
    +305,10 (+0,90 %)
     
  • Nasdaq

    14 038,76
    +180,92 (+1,31 %)
     
  • Nikkei 225

    29 699,08
    +56,39 (+0,19 %)
     
  • EUR/USD

    1,1959
    -0,0017 (-0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 858,97
    +65,83 (+0,23 %)
     
  • BTC-EUR

    52 815,99
    -151,86 (-0,29 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 399,64
    +18,69 (+1,35 %)
     
  • S&P 500

    4 170,42
    +45,76 (+1,11 %)
     

Brésil: feu vert des autorités sanitaires pour le vaccin Pfizer/BioNTech, mais Bolsonaro tergiverse

·1 min de lecture

Le Brésil vient de franchir le cap des 250 000 morts. Il enregistre plus de 10 millions de cas confirmés. Malgré ce bilan très lourd, le géant latino-américain n’arrive pas à parler d’une seule voix contre le Covid. Mardi, l’agence du médicament Anvisa a homologué le vaccin de Pfizer/BioNtech. Et le président Bolsonaro, qui avait dit que le Brésil achèterait n’importe quel vaccin ayant reçu le feu vert des autorités sanitaires, a de nouveau changé d’avis.

Avec notre correspondant à Sao Paulo, Martin Bernard

Jair Bolsonaro a tout d’abord été négationniste : il a nié l’importance des vaccins et a fait l’apologie de la chloroquine – un médicament anti-malaria qui n’est pas efficace contre le Covid, selon la communauté scientifique.

Face à la pression de l’opinion publique, Jair Bolsonaro a ensuite admis l’utilité des vaccins. Mais les négociations avec Pfizer, qui vient de recevoir le feu vert des autorités sanitaires, achoppent sur un point précis : la responsabilité en cas d’éventuels effets secondaires. Jair Bolsonaro avait craint publiquement que les vaccinés se transforment en « alligators » ou en « femmes à barbes ».

Plusieurs hommes politiques font pourtant pression pour que le gouvernement trouve un accord avec Pfizer. Un projet de loi doit même être rapidement approuvé pour permettre l’achat de ces vaccins. Mais Jair Bolsonaro a dit qu’il pourrait opposer son veto afin de ne pas engager la responsabilité de l’État sur la question des effets secondaires.

► À lire aussi : Covid-19 au Brésil: des centaines d’ONG et entreprises s’unissent pour accélérer la vaccination