Marchés français ouverture 1 h 33 min
  • Dow Jones

    31 391,52
    -143,99 (-0,46 %)
     
  • Nasdaq

    13 358,79
    0,00 (0,00 %)
     
  • Nikkei 225

    29 559,10
    +150,93 (+0,51 %)
     
  • EUR/USD

    1,2083
    -0,0004 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    29 691,55
    +595,69 (+2,05 %)
     
  • BTC-EUR

    40 769,89
    -199,89 (-0,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    989,50
    +1,41 (+0,14 %)
     
  • S&P 500

    3 870,29
    -31,53 (-0,81 %)
     

Brésil: dégringolade des actions de Petrobras, Bolsonaro impassible

·2 min de lecture

les marchés ayant réagi à la désignation d'un général à la tête de la compagnie, signe d'une ingérence croissante du gouvernement Bolsonaro dans l'économie

Les actions de Petrobras ont fondu comme neige au soleil lundi à la Bourse de Sao Paulo, les marchés ayant réagi négativement à la désignation d'un général à la tête de la compagnie, signe d'une ingérence croissante du gouvernement Bolsonaro dans l'économie.

Les actions ordinaires du géant pétrolier ont perdu 20,48% à la clôture et les préférentielles 21,51%, tandis que l'indice Ibovespa cédait 4,87% et que le réal brésilien reculait de 1,26% face au dollar.

Vendredi, les actions de Petrobras avaient déjà chuté de plus de 7% à la suite de déclarations du président Bolsonaro qui avait évoqué des "changements" à venir chez Petrobras.

La perte de capitalisation boursière a atteint plus de 100 milliards de réais (18,4 milliards de dollars) lors de ces deux séances, 72 milliards sur la seule journée de lundi.

La raison de ce plongeon: l'annonce vendredi soir de la non-reconduction du président de Petrobras, Roberto Castello Branco, que M. Bolsonaro incrimine pour les quatre augmentations successives des prix des combustibles en moins de deux mois (+35% depuis le début de l'année).

À sa place, il a désigné un général de réserve, Joaquim Silva e Luna, ex-ministre de la Défense, dont le nom doit encore être approuvé par le conseil d'administration du groupe, mardi.

"Impulsion autoritaire", "intervention militaire" : les critiques ont fusé dans les éditoriaux des principaux journaux brésiliens, tandis que de nombreux analystes craignent que ce changement intempestif à la tête du géant pétrolier n'entame sérieusement la crédibilité du Brésil auprès des investisseurs étrangers.

- Virage à 180 degrés -

Mais le président d'extrême droite ne semblait pas trop s'inquiéter de la dégringolade du cours des actions de la plus grande compagnie publique du pays, préférant stigmatiser les milieux d'affaires qui ont pourtant contribué à le faire élire fin 2018.

"Cela montre que certaines personnes liées aux marchés financiers sont très satisfaites d'une politique de Petrobras qui n'avait [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi