Marchés français ouverture 3 h 38 min
  • Dow Jones

    34 838,16
    -97,31 (-0,28 %)
     
  • Nasdaq

    14 681,07
    +8,39 (+0,06 %)
     
  • Nikkei 225

    27 559,26
    -221,76 (-0,80 %)
     
  • EUR/USD

    1,1876
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    25 891,25
    -344,55 (-1,31 %)
     
  • BTC-EUR

    32 752,41
    -1 001,77 (-2,97 %)
     
  • CMC Crypto 200

    947,84
    -13,06 (-1,36 %)
     
  • S&P 500

    4 387,16
    -8,10 (-0,18 %)
     

Brésil: la crise sanitaire et économique favorise le travail des enfants

·1 min de lecture

Dans le monde, 160 millions d’enfants travaillent. Un chiffre en hausse ces dernières années selon l’Organisation mondiale du travail et l’Unicef. Au Brésil, la suspension des cours et la crise économique ont favorisé le travail des enfants.

Avec notre correspondante à Rio de Janeiro, Sarah Cozzolino

À un carrefour, sous un pont, Victor Gomez profite du feu rouge pour vendre bonbons et bouteilles d’eau. Il a 12 ans, mais puisqu’il ne va pas à l’école depuis plus d’un an, il préfère gagner un peu dans l’argent plutôt que d’être enfermé chez lui.

« Avant c’était bien mieux, raconte-t-il, je pouvais jouer dans la rue. Mais j’aime travailler avec mon père, aider ma famille. C’est mieux que de traîner dans la rue pour voler, hein papa ? »

À ses côtés, son père estime que s’il est important qu’il continue à étudier, il faut aussi qu’il sache gagner dignement sa vie. Lui a commencé à travailler dans la construction à 9 ans : « Je l’amène pour qu’il apprenne à survivre. Parce qu’il n’y a pas de travail. Avec cette pandémie, je suis sans emploi, et ça, c’est ma seule solution. Je dépends de la rue. »

Situation alarmante

Depuis le début de la pandémie à Rio, on croise de plus en plus d’enfants faisant la manche ou vendant quelques bonbons, comme Victor. Pour Antonio Costa, président de l’ONG Rio de paix, la situation est alarmante : « Quel modèle politique et économique est celui-ci, dans lequel des petits garçons et petites filles sont empêchés de vivre comme des enfants, pour ne pas mourir de faim et aider leurs parents ? »

Selon le rapport de l’ONU, les chiffres pourraient encore dangereusement augmenter jusqu’en 2022, des conséquences de la pandémie.

► À lire aussi : Travail des enfants: «Ils portent des sacs lourds dix heures par jour»

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles