Marchés français ouverture 4 h 45 min
  • Dow Jones

    29 926,94
    -346,93 (-1,15 %)
     
  • Nasdaq

    11 073,31
    -75,33 (-0,68 %)
     
  • Nikkei 225

    27 177,73
    -133,57 (-0,49 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    +0,0006 (+0,06 %)
     
  • HANG SENG

    17 868,29
    -143,86 (-0,80 %)
     
  • BTC-EUR

    20 400,06
    -576,91 (-2,75 %)
     
  • CMC Crypto 200

    454,51
    -8,61 (-1,86 %)
     
  • S&P 500

    3 744,52
    -38,76 (-1,02 %)
     

BPCE: après le départ de Laurent Mignon, Nicolas Namias fait figure de favori

Fabrice Vallon/Sp Natixis

Le départ surprise de Laurent Mignon, directeur général de BPCE pour le fonds d’investissement Wendel ouvre la guerre de succession au sein de l’ensemble coopératif.

La nouvelle a troublé le week-end de plus d’un banquier. , président du directoire de la banque coopérative BPCE (ensemble regroupant les réseaux Caisses d'Epargne et Banques Populaires, la Banque Palatine et Natixis), a annoncé samedi soir qu’il ne briguerait pas un nouveau mandat à la tête du groupe rouge et bleu. Il prendra au début de l’année prochaine la présidence du fonds d’investissement Wendel, à la suite d’. S'ouvre désormais une guerre de succession chez BPCE.

Lire aussi

Dans cette phase sensible, la préférence du conseil de surveillance présidé par Thierry Cahn ira à l’interne, souligne le groupe. Nicolas Namias, 46 ans, patron de Natixis et ex-directeur financier de BPCE, semble grand favori, y compris du DG sortant. L'énarque - sortant de la promotion Senghor, comme Emmanuel Macron - a orchestré la sortie de cote de ; il n'est associé ni à Banque Populaire, ni à la Caisse d’Epargne, ce qui en fait une figure neutre. Ou du moins “verticale”.

“BPCE s’est fait imposer François Pérol [le prédécesseur de Laurent Mignon, ndlr] dans la douleur, qui a lui-même imposé Laurent Mignon [alors directeur général de Natixis, comme Nicolas Namias aujourd’hui, NDLR] dans une autre forme de douleur sur les faux thèmes de la continuité interne et du caractère transitoire de cette nomination. Pas sûre que les caisses d’épargne et les banques populaires se laissent à nouveau faire”, émet un banquier d’affaires.

Décision prise avant 2023

D’autres candidats émergent. Comme Daniel Karyotis, patron de la Banque populaire Auvergne-Rhône-Alpes. A 61 ans, il serait par contre limité à ne mener qu’un seul mandat, les statuts de la banque n’ouvrant pas ces postes aux plus de 65 ans. Une autre candidate se profile: Christine Fabresse, qui à 57 ans dirige la Caisse d’Epargne Provence-Alpes-Côte-d’Azur, s’inscrirait dans la perspective de long terme que recherche le conseil de surveillance du groupe. Elle serait en outre la première femme à diriger un établissement bancaire français [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi