Marchés français ouverture 51 min
  • Dow Jones

    29 683,74
    +548,75 (+1,88 %)
     
  • Nasdaq

    11 051,64
    +222,13 (+2,05 %)
     
  • Nikkei 225

    26 400,59
    +226,61 (+0,87 %)
     
  • EUR/USD

    0,9669
    -0,0070 (-0,72 %)
     
  • HANG SENG

    17 282,20
    +31,32 (+0,18 %)
     
  • BTC-EUR

    20 096,46
    +469,78 (+2,39 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,66
    +14,88 (+3,47 %)
     
  • S&P 500

    3 719,04
    +71,75 (+1,97 %)
     

BP, Shell, Equinor: ces géants du pétrole et du gaz risquent de faire échouer l'accord de Paris

TOBY MELVILLE

Les objectifs climats de géants des hydrocarbures sont "incompatibles" avec l'accord de Paris, fustige une étude de plusieurs scientifiques internationaux. La pression monte sur ces multinationales qui ont engendré des milliards de profits ces derniers mois suite à la flambée des cours mais dont les investissements vers les énergies vertes restent limitée. ONG et petits actionnaires dénoncent de plus en plus l'irresponsabilité de leur stratégie verte et leur tendance au greenwashing.

BP, Shell, Equinor : les plans de décarbonation de ces mastodontes de la production pétrolière et gazière mondiale ne remplissent pas les objectifs de l'Accord de Paris. C’est le résultat d’une étude menée par des experts internationaux publiée ce jour dans la revue Nature Communications. Alors que l’accord historique visant à lutter contre le dérèglement climatique signé en 2015 ambitionne de limiter à 1,5°C "et bien en dessous des 2°C" le réchauffement de la planète par rapport au niveau préindustriel, l’activité de ces géants de l’énergie entraînerait une hausse comprise entre 1,73°C et 1,81°C (Shell) estiment les scientifiques.

La transformation du secteur énergétique est essentielle "pour atteindre les objectifs" et les décideurs ont besoin d'évaluations scientifiques solides et transparentes" telles que cette étude, a déclaré Robert Brecha, du groupe de réflexion Climate Analytics, coauteur principal de l'étude. Pour les auteurs, seul le scénario "Net Zero 2050" de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) est pleinement conforme à l'accord de Paris.

Presque 50% des émissions mondiales issues du pétrole et du gaz

En 2019, dernière année avant la pandémie qui a entraîné une chute conjoncturelle de l’activité économique planétaire, les émissions mondiales de CO2 ont atteint 38,0 milliards de tonnes, soit une multiplication par 2,4 depuis 1970, . Ces émissions sont issues à 39% de la combustion de charbon, 30% pour le pétrole et 19% pour le gaz naturel. Ces deux sources carbonées représentent presque la moitié des émissions.

Une porte-parole de Shell a déclaré à l'AFP que ce scénario Sky n'était qu'une possibilité parmi plusieurs, ajoutant que leurs équipes faisaient "des évaluations basées sur des hypothèses et des quantifications plausibles, qui ne sont pas destinées à être des prédictions d'événements ou de résultats futurs probables".

"Stopper les investissements dans les énergies fossiles"

La spécialiste américaine du greenwashing Genevieve Guenther estim[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi