Marchés français ouverture 4 h 5 min
  • Dow Jones

    29 260,81
    -329,60 (-1,11 %)
     
  • Nasdaq

    10 802,92
    -65,00 (-0,60 %)
     
  • Nikkei 225

    26 651,60
    +220,05 (+0,83 %)
     
  • EUR/USD

    0,9634
    +0,0022 (+0,23 %)
     
  • HANG SENG

    17 723,48
    -131,66 (-0,74 %)
     
  • BTC-EUR

    20 543,24
    +817,35 (+4,14 %)
     
  • CMC Crypto 200

    453,35
    +20,25 (+4,68 %)
     
  • S&P 500

    3 655,04
    -38,19 (-1,03 %)
     

Des Bourses troublées par les mauvaises nouvelles

«Mon centre cède, ma droite recule, situation excellente, j’attaque !» Cette phrase attribuée au (futur) maréchal Foch à la bataille de la Marne a peut-être inspiré certains investisseurs dans l’adversité.

L’optimisme d’un grand soldat sur le front est-il transposable sur les marchés ? Sans pousser trop loin la comparaison, il faut convenir que la rentrée boursière actuelle est celle de tous les dangers.

Dès le début de l’année, une succession d’événements a eu raison du puissant mouvement de hausse enclenché depuis le deuxième trimestre 2019, au début de la pandémie : violent retournement des marchés obligataires, envolée de l’inflation aux États-Unis, puis en Europe, invasion de l’Ukraine, grave crise économique en Chine, en lien avec un rebond du Covid-19, avec ses conséquences sur les économies occidentales…

Incertitudes jusqu’à la fin de l’année

Or, en ce début de septembre, on ne voit encore la fin d’aucun de ces maux. Auxquels vient même s’ajouter en Europe une grave crise énergétique, comme le montre l’envolée des prix du gaz. Et pourtant les investisseurs n’ont pas vraiment rendu les armes.

Les Bourses, après avoir perdu du terrain et même essuyé de lourdes pertes pour certains segments de la cote, notamment les technologiques, ont trouvé des seuils de résistance à la fin du printemps pour rebondir. Certes, des dégagements sont intervenus depuis une quinzaine de jours, suite à la remontée Cliquez ici pour lire la suite