Marchés français ouverture 37 min
  • Dow Jones

    29 872,47
    -173,77 (-0,58 %)
     
  • Nasdaq

    12 094,40
    +57,62 (+0,48 %)
     
  • Nikkei 225

    26 537,31
    +240,45 (+0,91 %)
     
  • EUR/USD

    1,1935
    +0,0016 (+0,13 %)
     
  • HANG SENG

    26 745,42
    +75,67 (+0,28 %)
     
  • BTC-EUR

    14 961,67
    -125,90 (-0,83 %)
     
  • CMC Crypto 200

    348,07
    -22,45 (-6,06 %)
     
  • S&P 500

    3 629,65
    -5,76 (-0,16 %)
     

Les marchés saluent l'avantage pris par Biden dans le marathon présidentiel

·3 min de lecture
Dans une société de change à Tokyo le 5 novembre 2020
Dans une société de change à Tokyo le 5 novembre 2020

Les Bourses mondiales montaient jeudi au moment où le démocrate Joe Biden se rapprochait de la Maison Blanche, même si le scrutin extrêmement serré face au président sortant républicain à Donald Trump n'était pas encore définitivement scellé.

Wall Street a ouvert en franche hausse, au lendemain d'une nette progression: le Dow Jones montait de 1,30% et le Nasdaq de 1,95%, dans l'attente des annonces de la banque centrale américaine qui se réunit sans connaître le nom du prochain président américain.

L'Europe gardait son optimisme au quatrième jour d'une semaine très positive: Paris gagnait 1,26%, Francfort 1,63%, Londres 0,43%, vers 14H50 (12H50 GMT).

Les Bourses asiatiques avaient donné le ton de la journée, progressant nettement à la clôture.

Après avoir gagné aux alentours de 4% mercredi, les deux cours du brut tentaient de se maintenir jeudi vers 15H50: le prix du baril de pétrole WTI pour livraison en décembre lâchait 0,18% à 39,08 dollars et celui de Brent pour livraison en janvier grappillait 0,02% à 41,24 dollars.

Les investisseurs continuaient d'assister à la remontée de Joe Biden dans les dépouillements provisoires dans les derniers Etats-clés, à mesure que les votes par correspondance, davantage utilisés par les électeurs démocrates, étaient pris en compte. 

Le panorama esquissé par les décomptes partiels - à savoir un président démocrate devant composer avec un Sénat toujours républicain - semblait à leur goût.

Première concernée, la technologie, que les démocrates veulent réglementer de manière plus serrée, a déjà largement grimpé mercredi, notamment Alphabet et Facebook.

- Arizona, Wisconsin, Michigan -

Les jeux ne sont pas faits encore. Mais avec l'Arizona, le Wisconsin et le Michigan dans sa besace, Joe Biden est aux portes de la Maison Blanche. 

S'il décrochait encore une victoire dans le Nevada, en Géorgie ou en Pennsylvanie, il atteindrait les 270 grands électeurs nécessaires pour être élu président des Etats-Unis.

Donald Trump, qui avait prématurément revendiqué sa victoire, a toutefois commencé à déposer des recours juridiques, exigeant notamment un recompte des voix dans le Wisconsin et demandant la suspension du dépouillement en Pennsylvanie. Il a aussi menacé confusément mercredi d'aller jusqu'à la Cour suprême.

Les investisseurs misaient également sur l'instauration rapide d'un stimulus budgétaire aux Etats-Unis, complètement empêché pour le moment par les batailles politiciennes de la campagne présidentielle dans un pays pourtant très durement frappé par la pandémie de Covid-19.

- Nouvelle administration -

Dans cette configuration politique, "il sera extrêmement difficile de compter sur un stimulus avant la mise en place d'une nouvelle administration", en janvier donc, s'inquiète toutefois Gilles Moëc, chef économiste d'Axa.

"Et même si on peut imaginer que l'on trouvera un compromis sur un stimulus minimal, je doute qu’il soit à la hauteur de ce qui était attendu", ajoute-t-il.

La Réserve fédérale américaine, qui clôture une réunion monétaire de deux jours jeudi, devrait de nouveau s'attacher à rassurer les marchés en assurant de son soutien sans faille à l'économie américaine en cas de dégradation inexorable de la conjoncture.

La Fed va "sans doute attendre plus de visibilité et le mois de décembre pour communiquer sur de nouvelles mesures de soutien qui pourraient être décidées", estime Alexandre Neuvy, responsable de la gestion privée chez Amplegest.

Sur le marché des devises, vers 14H50 GMT, le dollar cédait 0,85% face à l'euro, à 1,1825 dollar pour un euro, et 0,70% face à la livre britannique, à 1,3081 dollar pour une livre.

Les valeurs technologiques tenaient une fois de plus le haut du classement: le géant japonais des investissements dans les nouvelles technologies SoftBank Group, très sensible à la forme du Nasdaq, a clôturé en forte hausse de 5,12% à 6.870 yens à Tokyo.

En Chine, Alibaba, proche de Ant Group, a regagné 6,28% à la Bourse de Hong Kong à la clôture, et Tencent 6,2%.

Côté européen, Infineon bondissait de 4,57% en Allemagne, en tête du Dax, tandis que Worldline en France prenait 3,04%.

burx-fs-pan/aue/esp