La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 987,92
    -164,09 (-0,48 %)
     
  • Nasdaq

    12 945,63
    -156,92 (-1,20 %)
     
  • Nikkei 225

    29 222,77
    +353,86 (+1,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0185
    +0,0015 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    19 922,45
    +91,93 (+0,46 %)
     
  • BTC-EUR

    22 906,18
    -750,16 (-3,17 %)
     
  • CMC Crypto 200

    555,57
    -17,24 (-3,01 %)
     
  • S&P 500

    4 275,95
    -29,25 (-0,68 %)
     

Bourse: les trois scénarios de Dorval AM

François-Xavier Chauchat, chez Dorval Asset Management, constate un changement radical des politiques monétaires depuis un an. Ce qui a entrainé une forte baisse des actions, un éclatement des principales bulles de valorisation (Bitcoin, MSCI China, ETF Clean Energy, Nasdaq, etc.) et un krach obligataire. L'effet «TINA» (there is no alternative) favorable à la Bourse a été remis en question par la remontée des taux d'intérêt. Les écarts de rendement ont sensiblement augmenté en zone euro, à la fois sur la dette privée la plus risquée dite «High Yield» et sur la dette publique italienne. Des actions devenues bon marché  Mais les multiples de valorisation des sociétés ont déjà beaucoup baissé dans le monde et les primes de risque sur les actions (inverse du PER estimé à douze mois moins taux des obligations indexées sur l'inflation) sont élevées. Le pessimisme est devenu largement dominant chez les investisseurs, ramenant le PER estimé à un niveau très bas en Europe et au Japon. Le PER des actions américaines a aussi beaucoup baissé, mais il reste élevé quand il est comparé aux autres marchés. Le stratégiste de la société de gestion évoque alors trois scénarii économiques possibles. 1 - Un ralentissement économique modéré (40% de probabilité). Elle s'accompagnerait d'une accalmie progressive des tensions sur l'offre, une reconstitution des stocks et un atterrissage de l'inflation américaine vers 3/4%. Un tel scénario serait positif pour les actions et la dette privée, neutre pour les emprunts d'Etat. 2 - Une nette dégradation de la conjoncture dès cette année (probabilité à 25% aux Etats-Unis et 30% en Europe). L'inquiétude des investisseurs passerait alors rapidement de l'inflation à la récession. Ce scénario serait négatif pour les actions et favoriserait les obligations publiques. 3 - Résilience puis «overkill» (probabilité à 35% Cliquez ici pour lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles