Marchés français ouverture 8 h 16 min
  • Dow Jones

    34 152,01
    +239,61 (+0,71 %)
     
  • Nasdaq

    13 102,55
    -25,55 (-0,19 %)
     
  • Nikkei 225

    28 868,91
    -2,89 (-0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0173
    +0,0008 (+0,08 %)
     
  • HANG SENG

    19 830,52
    -210,38 (-1,05 %)
     
  • BTC-EUR

    23 459,00
    -403,40 (-1,69 %)
     
  • CMC Crypto 200

    569,15
    -2,76 (-0,48 %)
     
  • S&P 500

    4 305,20
    +8,06 (+0,19 %)
     

Bourse: les thématiques et les valeurs préférées de Barclays

Selon Emmanuel Cau chez Barclays, la chute historique des Bourses mondiales au premier semestre a ramené la prime de risque des actions à des niveaux plus attrayants. Le couple performance/risque s'est donc amélioré pour les investisseurs à long terme. Mais le choc stagflationniste et le risque majeur d'une plus large coupure du gaz russe incitent à la prudence. Le stratège ajoute que l'effet TINA (there is no alternative) favorable aux actions n'est plus valable aujourd'hui, avec la remontée des taux d'intérêt en territoire positif. L'économie flirte avec la récession, alors que des conditions financières plus restrictives et la hausse des coûts réduisent les dépenses. Certes, la réouverture de l'économie chinoise est positive, mais la politique zéro-Covid restreint la visibilité. Profits revus en baisse  Bien que le pic d'inflation soit proche, les banques centrales devraient maintenir le resserrement monétaire pour reconstituer leur crédibilité, au détriment des marchés financiers. Enfin, les profits futurs des entreprises devraient être revus en baisse prochainement. Ainsi, bien que beaucoup de mauvaises nouvelles semblent déjà intégrées dans les cours, Emmanuel Cau envisage une "dernière jambe de baisse", avec un indice Stoxx 600 tombant à 380 points (soit 10% sous le niveau actuel). Durant les sept précédentes récessions, qui ont démarré en novembre 1973, janvier 1980, juillet 1981, juillet 1990, mars 2001, décembre 2007 et février 2020, les actions européennes ont baissé en moyenne de 32% entre le plus haut et le plus bas (entre 10% en 1980 et 53% en 2003 et 2009). La baisse a duré treize mois en moyenne (entre un mois en 2020 et trente-et-un mois en 2003). La baisse actuelle est de 17% entre le plus haut de janvier dernier et le plus bas de juillet. Dans le sillage de la baisse des indicateurs avancés PMI, les «valeurs cycliques» ont fait moins bien que les Cliquez ici pour lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles