Marchés français ouverture 1 h 41 min
  • Dow Jones

    31 438,26
    -62,42 (-0,20 %)
     
  • Nasdaq

    11 524,55
    -83,07 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    26 939,20
    +67,93 (+0,25 %)
     
  • EUR/USD

    1,0580
    -0,0007 (-0,06 %)
     
  • HANG SENG

    22 044,80
    -184,72 (-0,83 %)
     
  • BTC-EUR

    19 619,65
    -592,74 (-2,93 %)
     
  • CMC Crypto 200

    451,18
    -10,62 (-2,30 %)
     
  • S&P 500

    3 900,11
    -11,63 (-0,30 %)
     

Bourse: la tech européenne aura bientôt son indice sur Euronext

V. Isore/Ip3 Press/MaxPPP

Face au Nasdaq, l'opérateur a lancé mardi, Tech Leaders, une vitrine commune à ses sept places pour coter start-up et licornes. Un marché à fort potentiel.

L'Europe attend toujours son Nasdaq. L'échéance se rapproche depuis quelques semaines. Le mardi 7 juin, Euronext a dévoilé un nouveau segment d'activité sous le nom de Tech Leaders. S'inspirant du modèle de son concurrent américain, l'opérateur boursier a annoncé le lancement d'un indice entièrement consacré aux valeurs de la tech. , qui compte aujourd'hui sept places (Paris, Bruxelles, Amsterdam, Lisbonne, Dublin, Oslo et Milan) devrait regrouper à partir du mois prochains les sociétés à forte croissance du secteur au sein d'un même indice, qui servira de vitrine pour attirer les futures .

Entrée à 300 millions d'euros

"Quand vous avez une société au Nasdaq, les investisseurs ne se demandent pas si votre cote se trouve à New York ou à Boston, estime Stéphane Boujnah, le président du directoire d'Euronext. Ce que nous voulons faire avec Tech Leaders, c'est induire le même réflexe chez les investisseurs en Europe." Des sociétés déjà cotées au sein d'Euronext y feront leur entrée, parmi d'autres plus jeunes pousses. La liste a été finalisée au mois de juin. Les candidats à ce nouveau marché sera formé d'une centaine d'entreprises cotées à plus de 300 millions d'euros, a révélé Euronext mardi matin, lors de sa conférence annuelle au Pavillon Cambon, à Paris. Parmi elles, 41 sociétés françaises seront représentées, dont , , ou encore .

Les attentes sont fortes du côté des entreprises. L'an dernier, le secteur de la tech représentait plus de la moitié des sociétés introduites en Bourse (IPO) sur les marchés de l'opérateur. Plutôt que d'entamer une énième levée de fonds en capital-risque, les licornes françaises et ont choisi de s'aventurer dans ce type d'opération l'an dernier. "Cette démarche reste rare parmi les start-up de cette taille, qui préfèrent lever des fonds auprès d'investisseurs privés pour garder les mains libres", nuance Franck Sebag, associé au cabinet EY.

Le Nasdaq chahuté

Les critères d'admission en Bourse peuvent être lourds. Et les contraintes m[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles