La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    20 270,23
    -54,31 (-0,27 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

Bourse : trop tôt pour acheter, selon Credit suisse

Andrew Garthwaite chez Credit suisse est devenu plus prudent sur les actions depuis février dernier. Et la baisse des cours depuis quatre mois ne l’a pas rendu plus optimiste dans l’immédiat. Le stratège a listé les sujets de préoccupation qui encouragent sa retenue sur les actions. Le risque de récession est devenu très élevé. La croissance du PIB américain devra descendre à 1% pour que la remontée du taux de chômage ralentisse suffisamment la progression des salaires. Ce qui requiert un taux directeur entre 3,5% et 4% (contre 0,75% aujourd’hui) et devrait favoriser l’inversion de la courbe des taux au quatrième trimestre 2022, suivie d’une croissance économique négative au second semestre 2023. L’ampleur et la rapidité de la hausse de l’ensemble des matières premières conduit le plus souvent à la récession. Un marché baissier sur les actions peut survenir environ treize mois avant la dégradation de l’économie. Les valorisations sont devenues moins attractives. La prime de risque est estimée par l’expert à 4,9% (écart de performance attendu entre les actions et les produits de taux). Un niveau d’équilibre à 5,5% lui semblerait mieux approprié. Les prévisions de profits semblent trop optimistes. Elles ont commencé à baisser et dans 71% des cas cela se traduit par une baisse des cours durant le trimestre qui suit. Les indicateurs avancés PMI vont dans le sens de nouvelles réductions des profits attendus et Andrew Garthwaite envisage désormais un recul des profits en 2023. Les marges de profits et la part des profits dans le PIB ont commencé à diminuer aux États-Unis, après un sommet historique. La moitié de l’amélioration de la rentabilité des fonds propres des sociétés (return on equity) est venue de la baisse des taux et des taxes, mais les deux sont entrain de s’inverser. La dégradation du crédit est une menace.  L’élargissement de Cliquez ici pour lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles