La bourse ferme dans 1 h 27 min
  • CAC 40

    6 536,37
    +8,05 (+0,12 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 761,62
    +5,56 (+0,15 %)
     
  • Dow Jones

    33 876,11
    -104,21 (-0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,0122
    -0,0058 (-0,57 %)
     
  • Gold future

    1 779,50
    +2,80 (+0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    23 193,74
    -141,58 (-0,61 %)
     
  • CMC Crypto 200

    558,44
    +0,71 (+0,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    90,19
    +2,08 (+2,36 %)
     
  • DAX

    13 665,23
    +38,52 (+0,28 %)
     
  • FTSE 100

    7 520,43
    +4,68 (+0,06 %)
     
  • Nasdaq

    12 883,20
    -54,92 (-0,42 %)
     
  • S&P 500

    4 264,02
    -10,02 (-0,23 %)
     
  • Nikkei 225

    28 942,14
    -280,63 (-0,96 %)
     
  • HANG SENG

    19 763,91
    -158,54 (-0,80 %)
     
  • GBP/USD

    1,1990
    -0,0061 (-0,51 %)
     

Bourse : les secteurs qui vont profiter de l’euro faible

Christopher Dembik : Tous les secteurs d’activité importateurs de produits de grande consommation vont être pénalisés par l’euro faible, même s’ils peuvent répercuter en partie la hausse des coûts sur les consommateurs. Les produits alimentaires sont notamment concernés. Le coût des intrants s’affichent déjà en forte hausse pour une entreprise comme Danone, l’ajout d’un effet de taux négatif ne va rien arranger. La grande distribution sera aussi très touchée.

D’une manière générale, toutes les entreprises françaises, y compris les plus grandes, ont une très mauvaise couverture face au risque de change, parce qu’elles étaient peu concernées ces dernières années, les fluctuations restant peu importantes. Les directeurs financiers vont devoir se pencher sur le sujet, à travers des contrats à terme sur les devises notamment.

Christopher Dembik : Le principal gagnant va être Airbus et les sociétés qui exportent en grande partie leur production. Mais beaucoup ont malgré tout des intrants importants et toutes vont être affectées au moins par la hausse de la facture énergétique, en raison des difficultés d’approvisionnement en gaz. Il faudra donc étudier au cas par cas chaque entreprise, au-delà des secteurs, pour établir lesquelles seront véritablement gagnantes.

D’autant que le risque est que l’euro descende encore plus bas au cours des prochains mois. Le modèle énergétique de l’Europe, dépendant de la Russie, montre qu’il existe un problème structurel qui va peser sur l’euro. Nous risquons (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Netflix va faire appel à Microsoft pour gérer la publicité sur son offre de streaming
Panasonic va créer une deuxième usine de batteries électriques aux Etats-Unis
CAC 40 : la Bourse de Paris à l'équilibre, dans l'attente des résultats des grandes banques américaines
Le patron de la SNCF souhaite 100 milliards d'investissements sur 15 ans dans le ferroviaire
TikTok veut mieux filtrer les contenus accessibles aux mineurs

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles