Marchés français ouverture 8 h 2 min
  • Dow Jones

    31 880,24
    +618,34 (+1,98 %)
     
  • Nasdaq

    11 535,27
    +180,66 (+1,59 %)
     
  • Nikkei 225

    27 001,52
    +262,49 (+0,98 %)
     
  • EUR/USD

    1,0686
    +0,0124 (+1,18 %)
     
  • HANG SENG

    20 470,06
    -247,18 (-1,19 %)
     
  • BTC-EUR

    27 311,66
    -1 232,12 (-4,32 %)
     
  • CMC Crypto 200

    658,56
    -16,31 (-2,42 %)
     
  • S&P 500

    3 973,75
    +72,39 (+1,86 %)
     

Bourse: s'agit-il d'un krach ou d'une simple correction?

·2 min de lecture

INFOGRAPHIE - La Bourse de Paris est en forte baisse dans le sillage de Wall Street. La réunion de la Réserve fédérale des Etats-Unis (Fed) engendre une très grande nervosité. Voici les trois leçons à tirer de cette crise. Et elles ne sont pas toutes négatives.

Les 26 et 27 janvier, le comité de l’open market de la . La tension est montée sur les marchés, car c’est cette instance qui décide s’il convient de revoir à la hausse le taux monétaire directeur, scotché à 0,25% depuis mars 2020. Pour préparer les esprits, la Fed a fait savoir qu’elle comptait le remonter par petites touches pour atteindre les 0,9% fin 2022. Un scénario de normalisation progressive perturbé par l’inflation qui s’échauffe à 7%.

Tour de vis monétaire

La Fed pourrait donner des tours de vis monétaires plus vigoureux pour éteindre l’incendie. C’est du moins ce qu’anticipe le marché des emprunts à long terme, où les taux à 10 ans sont clairement remontés.

Bruits de botte en Ukraine

Goldman Sachs a notamment publié une note avec un scénario d'un durcissement de la politique monétaire américaine plus sévère qu'attendu sur l'ensemble de l'année. A noter que la banque d'investissement est en partie à l'origine du retournement de tendance à Wall Street avec . La tension est moins forte dans la zone euro, même si les taux allemands sont sortis de leur territoire négatif. Mais ce sont les bruits de bottes en Ukraine qui prennent le relai pour perturber les Bourses du Vieux continent.

Les trois conséquences (pas toutes négatives) à tirer de la crise des marchés:

1- La fin d'une aberration économique

Le 19 janvier, le taux à 10 ans allemand était de 0,008%. Il est positif pour la première fois depuis mai 2019, ce qui met fin à une aberration économique. Cette normalisation fait pourtant peur, car elle signe le retour d’anticipations sur l’inflation. Mais à la différence de la Fed, la n’a pour l’instant pas l’intention de remonter ses taux directeurs.

2- Le crédit pas cher, c’est fini

Aux Etats-Unis les taux, qui n’ont jamais été négatifs, sont en train de remonter de façon assez abrupte. Après le règne des "colombes", le discours de la Réserve fédérale évolue et ce sont les "faucons" qui donnent le ton : un tour de vis monétaire permettra de contrer l’inflati[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles