Marchés français ouverture 6 h 15 min
  • Dow Jones

    29 134,99
    -125,82 (-0,43 %)
     
  • Nasdaq

    10 829,50
    +26,58 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    26 493,72
    -78,15 (-0,29 %)
     
  • EUR/USD

    0,9577
    -0,0021 (-0,22 %)
     
  • HANG SENG

    17 860,31
    +5,17 (+0,03 %)
     
  • BTC-EUR

    20 002,80
    -270,43 (-1,33 %)
     
  • CMC Crypto 200

    440,44
    -18,70 (-4,07 %)
     
  • S&P 500

    3 647,29
    -7,75 (-0,21 %)
     

La Bourse de Paris toujours morose, perd 5% en août

La Bourse de Paris a terminé mercredi en baisse pour la cinquième séance consécutive, de 1,37%, concluant un mois d'août où les cours ont fondu en raison de la détermination des banques centrales à lutter contre l'inflation.

L'indice vedette CAC 40 a reculé de 85,12 points à 6.125,10 points. Sur le mois, il a perdu 5,02%, effaçant une partie des gains de juillet (+8,87%). Depuis le 1er janvier, la cote parisienne a perdu 14,37%.

Après une nouvelle tentative de rebond à l'ouverture, la place parisienne a rapidement basculé dans le rouge pour tomber à des plus bas depuis le 18 juillet.

"Le scénario économique s'est dégradé ces dernières semaines. L'inflation ne ralentit pas en Europe alors que la situation économique se détériore, notamment avec les craintes sur l'approvisionnement en gaz de l'Europe", explique Charlotte de Montpellier, économiste chez ING.

Si l'inflation en France a ralenti pour la première fois depuis plus d'un an en août, à 6,5% sur un an selon l'indice harmonisé européen, celle de la zone euro a accéléré plus que prévu pour atteindre 9,1% en glissement annuel. Dans 10 pays, comme en Espagne, l'inflation est supérieure à 10% l'an.

A une semaine de la réunion de la Banque centrale européenne (BCE), l'institution de Francfort est donc sous pression et de nombreux analystes pensent qu'elle voudra à son tour frapper fort en relevant nettement ses taux directeurs, sa principale arme pour influer sur la hausse des prix.

Mais cette politique risque encore d'affaiblir l'économie européenne, alors qu'une récession semble de plus en plus inévitable pour les experts.

"La récession va de pair avec une baisse des bénéfices des entreprises, ce qui joue sur leur cours en Bourse", détaille Mme de Montpellier.

Les investisseurs ne trouvaient que peu de réconfort dans les prix du gaz, qui poursuivaient leur recul mercredi après leur envolée des précédentes semaines.

Le contexte de hausse des taux pesait aussi sur la dette des Etats. Le taux d'intérêt pour l'emprunt français est monté à 2,14%, contre 1,37% fin juillet.

Les valeurs financières résistent

Ce contexte de hausse des taux a permis aux valeurs financières de mieux résister sur le mois. Parmi les six seules valeurs dans le vert en août sur le CAC 40, se trouvent Crédit Agricole (+2,35% à 9,19 euros), BNP Paribas (+1,05% à 46,49 euros), Société Générale (+1,12% à 22,08 euros). C'est une autre valeur financière, l'assureur Axa qui a réalisé la meilleure performance mensuelle de l'indice phare (+4,79% à 23,53 euros).

BioMérieux en petite forme

Le laboratoire bioMérieux a publié mercredi des résultats en demi-teinte au premier semestre, mais il a revu légèrement à la hausse ses objectifs pour 2022 après un deuxième trimestre dynamique. Son action a chuté de 5,61% à 91,26 euros.

TotalEnergies recule encore avec le pétrole

A l'image de l'ensemble du secteur pétrolier en Europe, TotalEnergies a souffert en France du nouveau net repli des cours du Brent de mer du Nord, autour de 2,50% peu après la clôture parisienne. Le groupe français a cédé 3,32% à 50,69 euros, pire performance du CAC 40.

Euronext CAC40

fs/mla/eb