Marchés français ouverture 7 h 17 min
  • Dow Jones

    35 258,61
    -36,15 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 021,81
    +124,47 (+0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    29 025,46
    +474,56 (+1,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,1618
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    25 409,75
    +78,75 (+0,31 %)
     
  • BTC-EUR

    53 359,18
    +22,86 (+0,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 430,53
    -21,11 (-1,45 %)
     
  • S&P 500

    4 486,46
    +15,09 (+0,34 %)
     

La Bourse de Paris termine en baisse de 0,62% à 6.520,01 points

·3 min de lecture
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris (AFP/ERIC PIERMONT)

La Bourse de Paris a terminé en repli de 0,62% jeudi, les inquiétudes sur la persistance de l'inflation reprenant le dessus après deux publications peu encourageantes.

L'indice vedette CAC 40 a perdu 40,79 points à 6.520,01 points alors qu'il avait débuté la séance en petite hausse. Mercredi, il avait enregistré une hausse de 0,83%.

Sur l'ensemble du mois de septembre l'indice a perdu 2,40%, mettant fin à une série de sept mois consécutifs de hausses mensuelles.

"Tous les arguments qui ont justifié le passage à vide de mardi sont encore valables aujourd'hui", souligne Andrea Tuéni, analyste chez Saxo Banque.

"Les tensions inflationnistes et tous les risques liés à cette pression sur les prix pèsent sur les marchés", poursuit-il.

Les craintes que l'inflation soit plus durable et élevée qu'anticipé pourraient amener les banques centrales à réduire, plus vite que prévu, les mesures de soutien exceptionnel mises en place face à la pandémie.

L'inflation risque également de "freiner la reprise économique" mondiale, ajoute l'analyste financier.

Ces craintes ont été confortées par les publications du jour: en Allemagne, l'inflation a de nouveau accéléré, à 4,1% sur un an, du jamais-vu depuis 1993, et en France, elle a atteint + 2,1% sur la même période.

C'est notamment le secteur de l'énergie qui tire les prix à la consommation vers le haut.

Le gaz, qui traverse une période de forte demande alors que l'offre est limitée, notamment par une série de problèmes techniques sur des installations de GNL (gaz naturel liquéfié), a de son côté connu un nouveau pic jeudi.

Une remontée des taux européens sur le marché obligataire n'a pas aidé. Le rendement de la dette française à 10 ans a atteint 0,16% contre 0,13% à la clôture de la veille.

Le risque de paralysie de l'administration fédérale ("shutdown") inquiète également les investisseurs américains et touche l'Europe par ricochet.

L'aérien redescend sur Terre

Après une nette progression des valeurs du transport aérien, grâce à la levée des restrictions américaines envers les voyageurs européens, "un mouvement de prise de bénéfices s'opère", selon Andrea Tuéni.

Air France-KLM a perdu 7,52% à 4,23 euros et Aéroports de Paris 3,62% à 110,60 euros.

Airbus a reculé de 1,88% à 115,10 euros.

Eutelsat, convoité par Drahi, s'envole

L'opérateur européen de satellites Eutelsat a rejeté une offre de rachat du milliardaire Patrick Drahi. Eutelsat a grimpé de 15,02% à 11,91 euros, s'approchant ainsi du montant proposé par l'actionnaire majoritaire d'Altice.

Beneteau prend l'eau

Le constructeur de bateaux Beneteau, qui est repassé dans le vert au premier semestre 2021, avec un bénéfice net de 47 millions d'euros, a chuté de 10,10% à 12,82 euros. Le groupe a confirmé ses perspectives pour l'année tout en intégrant "une prudence" en raison des "tensions sur les approvisionnements au plan mondial".

Stellantis à l'arrêt

Le groupe automobile Stellantis (-0,47% à 16,58 euros) a décidé de fermer "jusqu'à début 2022" l'usine de sa filiale Opel en Allemagne en raison de la pénurie internationale de composants électroniques.

Euronext CAC40

jvi/myl/eb

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles