La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 490,89
    +765,38 (+2,66 %)
     
  • Nasdaq

    10 815,43
    +239,82 (+2,27 %)
     
  • Nikkei 225

    26 215,79
    +278,58 (+1,07 %)
     
  • EUR/USD

    0,9825
    +0,0024 (+0,25 %)
     
  • HANG SENG

    17 079,51
    -143,32 (-0,83 %)
     
  • BTC-EUR

    19 912,75
    +275,74 (+1,40 %)
     
  • CMC Crypto 200

    444,05
    +8,70 (+2,00 %)
     
  • S&P 500

    3 678,43
    +92,81 (+2,59 %)
     

La Bourse de Paris repart de l'avant

La Bourse de Paris progressait de 0,30% dans les premiers échanges mardi, comblant une partie des pertes de la veille quand les investisseurs européens ont accusé le choc de l'arrêt du gazoduc Nord Stream 1.

L'indice CAC 40 reprenait 18,48 points à 6.111,71 points, vers 09H50 après être monté jusqu'à 6.135 points un peu plus tôt.

Lundi, l'indice phare de la place parisienne avait reculé de 1,20%, parvenant à réduire les pertes de plus de 2% affichées en début de séance alors qu'il frôlait le seuil des 6.000 points.

Sur les autres marchés aussi, les brusques mouvements des premières minutes lundi s'effaçaient alors que les investisseurs de Wall Street vont revenir dans les salles de marchés après un week-end de trois jours.

Le prix du gaz naturel européen atteignait 217 euros le mégawattheure, loin du pic à 264 euros de l'ouverture lundi.

L'euro est aussi remonté de son nouveau plus bas en 20 ans auquel il était tombé lundi, passant de 0,9878 dollar à 0,9980 dollar vers 09H50 mardi.

Si une accalmie provisoire se dessine sur le front du gaz dans les salles de marché, en attendant un sommet européen en fin de semaine, "la nervosité devrait monter d'un cran à deux jours de la réunion de la BCE", estime John Plassard, expert en investissements chez Mirabaud.

Après une première hausse des taux plus ample que prévu en juillet, la Banque centrale européenne (BCE) est de nouveau rattrapée par les records d'inflation (9,1% sur un an en août en zone euro) et pourrait accélérer jeudi le resserrement de sa politique monétaire, avec une forte hausse de ses taux directeurs.

"La BCE a accumulé un retard important dans la normalisation de sa politique monétaire. Au-delà d'un problème majeur de crédibilité, il s'agit de revenir à son seul et unique mandat, garanti par les traités: la stabilité des prix", écrit Franck Dixmier, de AllianzIG.

Cette tension provoquait une nouvelle hausse sur le coût de la dette: le taux d'intérêt de l'emprunt à 10 ans français dépassait les 2,20%, un niveau qui n'a pas été connu en clôture depuis la fin juin.

Des valeurs en rebond

Fortement touchées par la vague de ventes lundi, les entreprises industrielles et consommatrices rebondissaient: Renault filait en tête du CAC 40 avec une progression de 2,41% à 27,43 euros, Michelin gagnait 1,76% à 24,02 euros, Saint-Gobain avançait de 1,61% à 39,97 euros et Alstom de 1,59% à 20,17 euros.

A l'inverse, les valeurs ayant surnagé lundi reculaient comme Thalès (-0,77% à 122,05 euros), ou TotalEnergies (-0,56% à 52,89 euros).

Euronext CAC40

fs/ha/spi