La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 727,52
    +42,31 (+0,63 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 182,91
    +33,85 (+0,82 %)
     
  • Dow Jones

    35 294,76
    +382,20 (+1,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,1606
    +0,0005 (+0,05 %)
     
  • Gold future

    1 768,10
    -29,80 (-1,66 %)
     
  • BTC-EUR

    52 533,38
    +464,48 (+0,89 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 464,06
    +57,32 (+4,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,66
    +1,35 (+1,66 %)
     
  • DAX

    15 587,36
    +124,64 (+0,81 %)
     
  • FTSE 100

    7 234,03
    +26,32 (+0,37 %)
     
  • Nasdaq

    14 897,34
    +73,91 (+0,50 %)
     
  • S&P 500

    4 471,37
    +33,11 (+0,75 %)
     
  • Nikkei 225

    29 068,63
    +517,70 (+1,81 %)
     
  • HANG SENG

    25 330,96
    +368,37 (+1,48 %)
     
  • GBP/USD

    1,3751
    +0,0074 (+0,54 %)
     

La Bourse de Paris rebondit de 0,83% à 6.560,80 points

·2 min de lecture
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris (AFP/ERIC PIERMONT)

La Bourse de Paris a rebondi de 0,83% mercredi, sans rattraper la forte perte de la veille, causée par une forte remontée des taux d'emprunt sur le marché obligataire en lien avec l'inflation.

L'indice vedette CAC 40 a gagné 54,30 points à 6.560,80 points. La veille, il avait chuté de 2,17%.

Mardi, la flambée des prix de l'énergie a entretenu les craintes d'une inflation plus persistante qu'espéré, ce qui a fait bondir les rendements obligataires et se relâcher les marchés des actions face à un éventuel resserrement monétaire plus rapide qu'escompté.

"Le marché se reprend un petit peu car in fine les opportunités d'investissement en dehors des actions sont relativement limitées", commente Gilles Guibout, responsable des actions européennes d'Axa IM.

Sur le marché obligataire, la remontée accélérée des rendements, qui pèse en particulier sur les actions à forte croissance comme la technologie, semblait marquer une pause.

Néanmoins, "il est assez rare qu'un processus d'ajustement se fasse intégralement en une seule fois", prévient l'analyste.

"A ce stade, les investisseurs comptent leurs pions, se repositionnent sur ce qui est à nouveau rentable et vont regarder les prochaines nouvelles", explique-t-il.

Parmi les prochains événements qui seront scrutés: "l'inflation, la croissance chinoise et surtout les publications de résultats trimestriels".

Selon M. Guibout, pénuries, embouteillages sur les chaînes d'approvisionnement, hausse du coût de l'énergie sont autant de facteurs qui devraient freiner la croissance et "se retrouver dans les comptes des entreprises".

Ces publications des comptes trimestriels donneront aux marchés une meilleure vision des perspectives pour les mois à venir concernant la bonne santé de l'économie, un thème cher aux banques centrales.

Air France a présenté mercredi son premier Airbus A220, un moyen-courrier de 148 places qui marque une nouvelle étape dans la modernisation de la flotte d'un groupe mis en grande difficulté par le Covid-19 et qui devrait rester dans le rouge sur l'année. L'action Air France-KLM a perdu 3,94% à 5,32 euros.

Dans l'aéronautique, Airbus (+3,48% à 117,30 euros) a profité d'un relèvement de recommandation et a fini en tête du CAC 40. Safran a pris 2,63% à 112,52 euros.

Initialement prévue jusqu'au 30 septembre, l'offre d'Axa aux restaurateurs pour solder à l'amiable les litiges en cours a été prolongée jusqu'au 15 novembre, tandis que 70% des clients concernés y ont pour l'instant répondu positivement. Le titre est monté de 1,46% à 23,94 euros.

jvi/lem/LyS

Euronext CAC40

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles