La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    20 315,55
    -101,65 (-0,50 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

La Bourse de Paris plie après l'accélération de l'inflation en France

La Bourse de Paris évoluait en baisse de 0,71% mardi, dans un début de séance marqué par l'accélération de l'inflation en France et avant la publication des données au niveau de la zone euro.

L'indice vedette CAC 40 reculait de 46,67 points à 6.515,72 points vers 09H35. La veille, il avait réussi une quatrième séance de hausse à la suite, montant de 0,72% pour finir à son plus haut niveau en clôture depuis mi-avril.

Les nuages qui ont perturbé les indicateurs économiques et les investisseurs depuis le début de l'année sont revenus mardi, avec en premier lieu l'inflation.

Les prix ont augmenté de 5,2% sur un an en mai en France selon une première estimation dévoilée mardi par l'Insee, un cap qui n'avait pas été franchi depuis septembre 1985.

Les autres publications de l'institut ont aussi dressé un terne tableau de l'économie française: le produit intérieur brut a été révisé en baisse au premier trimestre, avec une contraction de 0,2% contre une stagnation annoncée lors de la première estimation.

Cette révision s'explique notamment par un recul encore plus marqué de la consommation des ménages, à cause d'un pouvoir d'achat grevé par l'inflation.

Et les chiffres pour avril, dévoilés également mardi, ne sont pas meilleurs avec une nouvelle baisse de 0,4% de la consommation des ménages.

"Il y a encore beaucoup trop de facteurs de risque (...) pour pouvoir espérer une reprise durable des indices boursiers", selon les analystes de Saxo Banque.

Les chiffres de l'inflation en zone euro seront publiés en milieu de matinée. Ils sont aussi attendus en hausse sur un an en mai par rapport à avril.

Avec cette tendance, "les banques centrales devraient augmenter les taux dès maintenant" mais "l'un des défis à relever est toutefois de parvenir à ralentir l'inflation sans plonger l'économie dans la récession et recréer trop de chômage", résume Vincent Manuel, gérant d'Indosuez.

Les perturbations de la guerre en Ukraine continuaient aussi à peser. Les prix du pétrole atteignaient un plus haut depuis deux mois, après l'annonce d'un accord trouvé par les dirigeants des 27 pays de l'UE qui devrait permettre de réduire de quelque 90% leurs importations de pétrole russe d'ici la fin de l'année.

Pierre et Vacances réduit ses pertes et rassure

Le groupe Pierre et Vacances, numéro un européen des résidences de loisirs qui vient de conclure un accord avec de nouveaux investisseurs, a revu à la hausse mardi ses perspectives pour l'exercice en cours, après avoir réduit ses pertes au premier semestre à 114,9 millions d'euros. Le titre prenait 6,61% à 7,10 euros.

Euronext CAC40

fs/jbo/abx

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles