La bourse ferme dans 1 h 45 min
  • CAC 40

    6 688,83
    -16,78 (-0,25 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 158,28
    -13,89 (-0,33 %)
     
  • Dow Jones

    35 515,26
    -94,08 (-0,26 %)
     
  • EUR/USD

    1,1648
    -0,0004 (-0,03 %)
     
  • Gold future

    1 784,80
    -0,10 (-0,01 %)
     
  • BTC-EUR

    56 113,50
    -386,23 (-0,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 549,56
    +14,91 (+0,97 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,73
    -0,69 (-0,83 %)
     
  • DAX

    15 502,68
    -20,24 (-0,13 %)
     
  • FTSE 100

    7 190,63
    -32,47 (-0,45 %)
     
  • Nasdaq

    15 138,90
    +17,22 (+0,11 %)
     
  • S&P 500

    4 529,95
    -6,24 (-0,14 %)
     
  • Nikkei 225

    28 708,58
    -546,97 (-1,87 %)
     
  • HANG SENG

    26 017,53
    -118,49 (-0,45 %)
     
  • GBP/USD

    1,3816
    -0,0010 (-0,07 %)
     

La Bourse de Paris en petite hausse, l'énergie au coeur de l'attention

·2 min de lecture
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris (AFP/ERIC PIERMONT)

La Bourse de Paris a clôturé en petite hausse de 0,19% lundi, portée par les valeurs liées à l'énergie dont les prix flambent et font craindre un contexte d'inflation plus persistant qu'envisagé.

L'indice parisien CAC 40 a pris 12,45 points à 6.650,91 points. Vendredi, il avait cédé 0,31%.

"Les marchés s'inquiètent d'un rebond de l'inflation lié à la hausse des prix de l'énergie et des matières premières alimentaires", indique à l'AFP Daniel Larrouturou, gérant actions de Dôm Finance.

"La conséquence la plus directe de la hausse des prix de l'énergie est une hausse des titres liés au secteur énergétique", mais son double impact, c'est "la crainte que cette hausse des prix ne se traduise par une hausse plus durable de l'inflation, ce qui fait que les marchés obligataires sont en baisse", explique l'expert.

Par ricochet, la tension du marché de la dette souveraine a pénalisé "les sociétés à valorisation relativement élevée, de type secteur technologique, du luxe, ou de la santé".

Par ailleurs, les opérateurs de marché ont pris acte des résultats des élections allemandes qui devraient aboutir à la formation d'une coalition gouvernementale à l'issue d'une période d'âpres négociations.

"Les négociations de coalition ne devraient pas être au centre de l'attention des marchés financiers, car dans tous les cas, l'un des anciens partis au pouvoir sera le nouveau leader de la coalition", observe Reto Cueni, économiste en chef de Vontobel AM.

Profitant de l'escalade des prix de l'énergie et de l'électricité, Totalenergies (+3,44% à 41,06 euros), Edf (+3,43% à 11,17 euros), Vallourec (+4,87% à 7,32 euros) et TechnipFMC (+6,51% à 6,51 euros) ont soutenu la cote parisienne.

Mécanisme classique, les titres financiers tels que Société Générale (+3,17% à 27,17 euros), BNP Paribas (+3,10% à 56,50 euros), Crédit Agricole (+3,51% à 12,32 euros) et Axa (+1,60% à 23,88 euros) ont progressé très significativement, profitant de la montée des rendements des emprunts souverains.

En revanche, LVMH (-0,84% à 637,50 euros), Kering (-1,81% à 622,30 euros) et Hermès (-3,53% à 1.242,50 euros) ont pâti de la tension du marché obligataire, tout comme les valeurs technologiques (Dassault Systemes en recul de 3,73% à 47,70 euros ou encore Teleperformance de 3,85% à 357,30 euros).

pan/vac/LyS

Euronext CAC40

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles