La bourse ferme dans 4 h
  • CAC 40

    6 506,90
    -16,54 (-0,25 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 743,80
    -5,55 (-0,15 %)
     
  • Dow Jones

    33 309,51
    +535,11 (+1,63 %)
     
  • EUR/USD

    1,0337
    +0,0035 (+0,34 %)
     
  • Gold future

    1 807,10
    -6,60 (-0,36 %)
     
  • BTC-EUR

    23 724,91
    +1 157,87 (+5,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    577,32
    +46,10 (+8,68 %)
     
  • Pétrole WTI

    92,91
    +0,98 (+1,07 %)
     
  • DAX

    13 687,99
    -12,94 (-0,09 %)
     
  • FTSE 100

    7 480,74
    -26,37 (-0,35 %)
     
  • Nasdaq

    12 854,80
    +360,88 (+2,89 %)
     
  • S&P 500

    4 210,24
    +87,77 (+2,13 %)
     
  • Nikkei 225

    27 819,33
    -180,63 (-0,65 %)
     
  • HANG SENG

    20 082,43
    +471,59 (+2,40 %)
     
  • GBP/USD

    1,2208
    -0,0010 (-0,08 %)
     

La Bourse de Paris patine au milieu des résultats d'entreprises

La Bourse de Paris progressait légèrement de 0,31% jeudi après les propos du président de la Réserve fédérale américaine (Fed) Jerome Powell, tout en encaissant une lourde salve de résultats d'entreprises.

L'indice CAC 40 gagnait 20,07 points à 6.278,01 points vers 10H20. Mercredi, il avait progressé de 0,75% grâce à des résultats meilleurs que prévu.

Comme attendu, le comité monétaire de la Fed (FOMC) a relevé ses taux directeurs de trois quarts de point de pourcentage mercredi soir, et "anticipe que de nouvelles hausses des taux directeurs seront appropriées".

Ce sont surtout les propos du président de la Fed qui ont été bien accueillis par les marchés, notamment l'indice technologique Nasdaq de Wall Street qui a bondi de plus de 4%.

Jerome Powell a déclaré qu'à "un certain point il sera approprié de ralentir" la hausse des taux.

"Étant donné le repli attendu de l’inflation dans les mois à venir et le fait que l’économie montre des signes de ralentissement (surtout au niveau des indicateurs de dépenses et de production), il est probable que la Fed s’oriente vers des hausses de taux moins significatives dans les mois à venir", anticipe Christopher Dembik, directeur de la recherche macroéconomie chez Saxo Bank.

En plus d'une vague colossale de résultats d'entreprises, les investisseurs se pencheront sur la première estimation du Produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis pour le deuxième trimestre, qui dira si l'économie américaine est en récession ou non, et sur les chiffres de l'inflation allemande en juillet.

Airbus perd des plumes

L'action de l'avionneur européen tombait de 4,71% à 101,16 euros, après une révision à la baisse de ses prévisions de livraisons d'avions pour 2022, en raison des difficultés de fournisseurs – fragilisés par le Covid – à suivre les remontées en cadence.

ArcelorMittal flambe

ArcelorMittal, le deuxième sidérurgiste mondial, a vu son bénéfice net baisser de 2% au deuxième trimestre à cause de la guerre en Ukraine et de l'inflation qui commencent à affaiblir la demande d'acier. L'action bondissait de 5,33% à 23,92 euros, en tête du CAC 40.

Stellantis sur la bonne voie

Le constructeur automobile Stellantis (+3,30% à 13,35 euros) a publié un bénéfice net de 8 milliards d'euros pour le premier semestre, en progression de 34% sur un an, poussé par des prix en forte hausse.

Orange sous tension

Le géant français des télécoms Orange (-3,45% à 9,81 euros), qui a enregistré un chiffre d'affaires stable sur un an au premier semestre, à 21,3 milliards d'euros, a confirmé ses objectifs pour l'exercice en cours avant la présentation de son nouveau plan stratégique en février 2023.

Accor passe une mauvaise nuit

Le groupe hôtelier Accor a retrouvé au deuxième trimestre un chiffre d'affaires qui "dépasse pour la première fois ses niveaux d'avant-crise". Les investisseurs semblaient déçus des prévisions et le titre perdait 7,70% à 26,49 euros.

Kering brille toujours

Le groupe de luxe montait de 3,09% à 545 euros, fort d'un bénéfice net qui frôle les deux milliards au premier semestre, en progression de 34% sur un an, grâce à des hausses de ventes en Europe et aux Etats-Unis, compensant le ralentissement en Chine.

TotalEnergies pas assez bon

Le groupe a annoncé un bénéfice net de 5,7 milliards d'euros au deuxième trimestre, plus que doublé sur un an, grâce à la hausse des cours des hydrocarbures depuis le début de la guerre russo-ukrainienne. Le groupe a passé une provision de 3,5 milliards d'euros en cas d'impact des sanctions internationales sur la valeur de sa participation au groupe Novatek. Son action perdait cependant 1,50% à 48,95 euros, les analystes de Royal Bank of Canada soulignent dans une note "des résultats décents mais pas de feu d'artifice".

Parmi les autres résultats

Le groupe de matériaux de construction Saint-Gobain a annoncé une forte hausse de ses résultats au premier trimestre et montait de 3,40% à 44,25 euros.

Carrefour a réalisé des ventes en hausse de 13,2% au premier semestre, mais son bénéfice net a reculé. Le géant de la distribution cédait 3,05% à 16,67 euros.

Le fabricant de semi-conducteurs STMicroelectronics (+2,40% à 35,84 euros) a publié un bénéfice net de 1,6 milliard de dollars pour son premier semestre.

Le distributeur de meubles et d'objets de décoration Maisons du Monde grimpait de 9,30% à 10,09 euros, malgré un bénéfice net en chute libre au premier semestre.

Le géant de l'affichage publicitaire JCDecaux perdait 7,94% à 15,89 euros, les restrictions sanitaires en Chine ont de nouveau fait chuter les ventes du groupe dans la région.

jvi/els/cco

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles