Marchés français ouverture 6 h 59 min

La Bourse de Paris grimpe, misant sur un soutien des banques centrales

Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018

Paris (AFP) - La Bourse de Paris grimpait mardi matin, dans l'espoir de voir les banques centrales et les gouvernements du G7 annoncer des mesures de soutien pour stimuler l'économie mondiale ébranlée par l'épidémie de coronavirus.

A 09H28 (08H28 GMT), l'indice CAC 40 prenait 1,96% (107,9 points) à 5.441,43 points. La veille, l'indice a fini en hausse de 0,44%.

La Bourse de New York a effectué un revirement impressionnant lundi, le Dow Jones s'envolant de 5,09% après avoir encaissé une baisse de 12% la semaine dernière.

Les banquiers centraux et ministres des Finances du G7 doivent s'entretenir mardi à 12H00 GMT par téléphone pour coordonner leur action face à l'épidémie, qui a dépassé lundi les 3.000 morts dans le monde.

"Les décisions prisent suite à cette réunion devraient être suivies avec attention par les investisseurs", commente Vincent Boy, analyste marché chez IG France. "Si aucune mesure forte n'est annoncée à l'issue de cette réunion, les marchés pourraient s'impatienter et effacer peu à peu le fort rebond constaté sur les indices américains hier", prévient-il.

Le marché espère de nouvelles mesures de politique monétaire accommodante de la part des banques centrales. Selon l'OCDE, la croissance mondiale ne devrait pas dépasser 2,4% cette année, et l'économie planétaire pourrait même connaître une récession au premier trimestre à cause de l'épidémie.

La banque centrale australienne été la première mardi à annoncer une baisse de son taux d’intérêt à 0,5%, son plus bas historique.

De son côté, la Banque centrale européenne discutera "le 12 mars", lors de sa prochaine réunion, de possibles réponses aux risques que la progression du nouveau coronavirus fait courir à l'économie, a appris l'AFP mardi.

Les acteurs de marché évaluent à 100% la probabilité d'une baisse des taux d'intérêt à l'issue de la prochaine réunion du Comité monétaire de la banque centrale américaine, les 17 et 18 mars.

Sur le front des valeurs, Interparfums progressait de 1,91% à 32,05 euros. Le groupe a pourtant dit s'attendre à une baisse de 10% de son chiffre d'affaires au premier trimestre en raison du nouveau coronavirus.

Sanofi gagnait 2,45% à 87,69 euros grâce à l'obtention d'une autorisation de commercialiser aux Etats-Unis le Sarclisa, pour lutter en combinaison avec d'autres traitements contre certaines formes de myélome multiple.

Renault cédait 0,35% à 25,55 euros, pâtissant d'une baisse de recommandation de HSBC sur le titre à "conserver" contre "acheter".