La bourse ferme dans 47 min
  • CAC 40

    6 743,51
    -10,46 (-0,15 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 978,88
    -5,62 (-0,14 %)
     
  • Dow Jones

    34 210,74
    -184,27 (-0,54 %)
     
  • EUR/USD

    1,0470
    -0,0058 (-0,55 %)
     
  • Gold future

    1 795,80
    -19,40 (-1,07 %)
     
  • BTC-EUR

    16 193,87
    -135,16 (-0,83 %)
     
  • CMC Crypto 200

    402,42
    +1,00 (+0,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,53
    +0,31 (+0,38 %)
     
  • DAX

    14 557,45
    +67,15 (+0,46 %)
     
  • FTSE 100

    7 559,71
    +1,22 (+0,02 %)
     
  • Nasdaq

    11 482,45
    +14,45 (+0,13 %)
     
  • S&P 500

    4 044,70
    -31,87 (-0,78 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2211
    -0,0045 (-0,37 %)
     

La Bourse de Paris monte légèrement

La Bourse de Paris évoluait avec peu de variations (+0,26%) jeudi, les investisseurs attendant notamment la présentation du plan budgétaire au Royaume-Uni, en l'absence de données économiques de premier plan.

L'indice vedette CAC 40 progressait de 17,06 points à 6.624,28 points vers 9H15. La veille, il avait reculé de 0,52%, mettant fin à une série de quatre hausses consécutives.

"En l'espace de quelques semaines, le panorama de marché a radicalement changé. Les marchés évoluent comme si l'inflation avait disparu", estime Christopher Dembik, directeur de la recherche macroéconomique, avec de puissants effets sur le marché obligataire.

"Ce qui est certain, c'est que l'appétit au risque semble faire son retour. Beaucoup de gérants ont des positions trop défensives sur le marché. Etant donné que la fin d’année approche, ils pourraient être tentés de prendre plus de risques ce qui pourrait entretenir la petite tendance haussière sur les actions", anticipe-t-il.

En toute fin de période des résultats d'entreprises, les investisseurs vont devoir attendre décembre pour des prochains grands rendez-vous à leur calendrier avec la réunion de la Banque centrale européenne, puis de la Banque centrale américaine.

Jeudi, les yeux des investisseurs seront tournés vers Londres et la présentation du budget par le ministre des Finances. Le précédent, mal préparé par la première ministre Liz Truss, avait causé de nombreuses turbulences sur les marchés, provoquant la démission de Mme Truss, remplacée depuis par Rishi Sunak.

En zone euro, on attend la confirmation des chiffres de l'inflation en octobre, qui avait été estimée à 10,7%. Aux Etats-Unis, le principal évènement macro-économique est la publication des chiffres hebdomadaires des demandes d'allocations chômage.

Bouygues garde ses objectifs

Le groupe Bouygues a vu son bénéfice net chuter de 33% sur neuf mois du fait notamment des plus-values de cessions de data centers chez Bouygues Telecom et des cessions d'actions d'Alstom l'année passée. Ses revenus ont augmenté de 8% sur la même période et le groupe a confirmé ses objectifs pour 2022, en l'occurrence "une nouvelle augmentation de son chiffre d’affaires et de son résultat opérationnel courant".

Le titre reculait de 4,20% à 29,19 euros, plus forte baisse de l'indice phare CAC 40.

La Française des Jeux parie la prudence

La Française des Jeux (FDJ) a annoncé jeudi une prudente prévision de croissance annuelle moyenne de son chiffre d'affaires de 2022 à 2025 "dans le haut d'une fourchette comprise entre 4% et 5%" (contre 8% cette année), et qu'elle avait bouclé un accord pour acquérir le groupe ZEturf, à l'orée d'une journée de présentation de sa stratégie aux investisseurs. L'action montait de 1,02% à 35,76 euros.

OL Group finalise sa vente

Après deux reports, OL Groupe, la holding chapeautant le club de football de l'Olympique lyonnais, doit être cédé jeudi au milliardaire américain John Textor, marquant un tournant historique pour le club. L'action était suspendue, au cours de 2,79 euros, à la demande du club en attendant un communiqué.

Euronext CAC40

fs/kd/nth