La bourse est fermée

La Bourse de Paris lève un peu le pied après avoir atteint des sommets (-0,16%)

Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018

Paris (AFP) - La Bourse de Paris a fini en léger recul lundi (-0,16%), rompant avec six séances de hausse d'affilée, refroidie par une nouvelle moins favorable au sujet des négociations commerciales sino-américaines.

L'indice CAC 40 a cédé 9,48 points à 5.929,79 points, dans un volume d'échanges peu étoffé de 2,9 milliards d'euros. Vendredi, la cote parisienne avait terminé en hausse de 0,65%, à son niveau le plus élevé depuis juillet 2007.

La bourse a débuté à l'équilibre avant de refluer en début d'après-midi.

"Le marché renoue avec la prudence, après les records établis la semaine passée", a noté auprès de l'AFP Daniel Larrouturou, gérant actions chez Dôm Finance.

"Les investisseurs ont réagi négativement aux informations de presse faisant état d'un certain pessimisme des autorités chinoises concernant un accord commercial", a-t-il complété.

Une journaliste de la chaîne CNBC, citant une source gouvernementale chinoise, a indiqué que Pékin se montrait plus pessimiste sur la signature d'un accord en raison du refus du président américain, Donald Trump, de soutenir une levée des droits de douane punitifs sur les importations chinoises.

Cette information peu avant l'ouverture de Wall Street a pesé sur les indices portés à des niveaux très élevés par des propos encourageants du conseiller économique de la Maison-Blanche, Larry Kudlow.

Et la cote parisienne n'a pas eu le temps de vraiment profiter de la bonne nouvelle concernant le géant chinois des télécoms Huawei, auquel Washington a accordé un nouveau répit de 90 jours pour permettre aux entreprises américaines de continuer à vendre des produits de faible technologie au groupe.

Selon M. Larrouturou, "les dernières nouvelles en provenance de Hong Kong où la situation semble s'aggraver" n'ont pas aidé non plus.

La mobilisation en cours dans l'ex-colonie britannique depuis plus de cinq mois a basculé la semaine dernière dans une phase beaucoup plus radicale et violente, qui a entraîné notamment la fermeture des écoles et la police menace désormais d'utiliser des "balles réelles" face aux "armes létales" des manifestants radicaux - qui ont jeté briques et cocktails Molotov contre les forces de l'ordre.

Pour autant, "nous ne sommes pas dans une inversion de tendance sur le marché qui se maintient toujours au-dessus des 5.900 points", a également relevé l'expert de Dôm Finance.

Les investisseurs ont par ailleurs pris connaissance de la décision de la Banque centrale chinoise qui a légèrement abaissé un taux d'intérêt à court terme très surveillé, pour la première fois depuis octobre 2015, signe de la volonté de Pékin de soutenir une économie en plein ralentissement.