Marchés français ouverture 6 h 15 min
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,88 (+0,10 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,90 (-0,18 %)
     
  • Nikkei 225

    27 820,75
    +42,85 (+0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0575
    +0,0045 (+0,42 %)
     
  • HANG SENG

    19 088,95
    +413,60 (+2,21 %)
     
  • BTC-EUR

    16 300,25
    +114,62 (+0,71 %)
     
  • CMC Crypto 200

    407,85
    +6,43 (+1,60 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     

La Bourse de Paris en hausse, mais essoufflée

La Bourse de Paris évoluait en petite hausse de 0,39% mardi, tentant de poursuivre sa progression malgré des déclarations de banquiers centraux américains qui ont ramené les investisseurs à la réalité de l'inflation élevée.

L'indice vedette CAC 40 gagnait 25,42 points à 6.634,59 points vers 10H00. Lundi il avait progressé de 0,22%.

La semaine passée, les marchés se sont emballés après la publication d'un ralentissement de l'inflation américaine en octobre qui a renforcé leurs espoirs de voir la banque centrale américaine lever le pied dans son resserrement monétaire.

Des propos de banquiers centraux ont en effet ramené les espoirs des investisseurs à la réalité, rappelant que si l'inflation ralentit, elle reste trop élevée.

"Je pense qu'il sera bientôt approprié d'aller vers un rythme plus lent" de hausses des taux, a déclaré lundi Lael Brainard, la vice-présidente de la Banque centrale américaine (Fed). "Nous avons encore du travail sur les hausses de taux", a-t-elle ajouté lors d'un entretien vidéo à l'agence Bloomberg.

Sur le plan macroéconomique, le taux de chômage est resté quasi stable en France au troisième trimestre 2022 à 7,3%, et l'Insee a confirmé sa prévision d'inflation de +6,2% en octobre.

En Chine, les ventes au détail, un indicateur de la consommation, ont enregistré en octobre leur première contraction depuis six mois, pâtissant de la politique zéro Covid, et la production industrielle a ralenti, avec une progression de 5% sur un an, contre 6,3% un mois plus tôt, un rythme très inférieur aux attentes des analystes interrogés par Bloomberg.

"Les données économiques de la Chine ont été plus faibles que prévu, mais la tendance est restée solide grâce aux discussions positives qui ont émané de la réunion Xi-Biden et du G20", commente Stephen Innes, analyste chez SPI AM.

Orpea pourrait manquer de liquidités

Le groupe d'Ehpad privés dans la tourmente depuis les révélations du livre-enquête "Les Fossoyeurs", a dévoilé mardi un plan de transformation visant à faire évoluer ses pratiques et à assainir ses finances, à l'heure où le groupe ploie sous une dette massive qui menace son avenir.

Orpea a affirmé être "exposé à un risque de manque de liquidité au cours du premier trimestre 2023" et prévoit de vendre des actifs immobiliers. Le cours de son action, très volatil depuis l'ouverture, cédait 0,88% à 8,14 euros vers 10H00, après avoir pris plus de 4% plus tôt.

Teleperformance volatil

L'action Teleperformance montait de 5,53% à 214,20 euros, toujours très volatile depuis des accusations de violation du droit du travail en Colombie, que le groupe conteste.

Lundi, le géant français des centres d'appel a indiqué que sa division colombienne rencontrera le ministère colombien du Travail mercredi.

Euronext CAC40

jvi/mgi/clr