Publicité
Marchés français ouverture 44 min
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,29 (+0,01 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,79 (+1,10 %)
     
  • Nikkei 225

    38 835,57
    +189,46 (+0,49 %)
     
  • EUR/USD

    1,0848
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • HANG SENG

    18 753,97
    +145,03 (+0,78 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 206,83
    -552,59 (-0,87 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 489,73
    +5,54 (+0,37 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     

La Bourse de Paris continue de monter vers ses records

La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris (ERIC PIERMONT)
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris (ERIC PIERMONT)

La Bourse de Paris est sur la voie d'une sixième progression consécutive vendredi (+0,42%), les investisseurs restant sur la dynamique de l'espoir de politiques de banques centrales plus souples avec le regain de l'économie en Europe.

L'indice vedette CAC 40 avançait de 34,13 points à 8.221,78 points vers 09H15. Jeudi, il avait progressé de 0,69%, au plus haut depuis le 28 mars, son record de clôture (8 .205,81 points).

En Europe, Londres, Francfort, Amsterdam ou encore l'indice paneuropéen EuroStoxx 600 ont tous battu leur record durant la semaine. Celui en séance du CAC 40 est à 8.253,59 points, établi aussi le 28 mars.

PUBLICITÉ

Sur les quatre premières séances de la semaine, le CAC 40 progresse de 2,89%, sa meilleure performance hebdomadaire depuis la fin janvier 2024.

Jeudi, la hausse plus forte qu'attendu du nombre de nouvelles demandes d'allocation chômage aux Etats-Unis, au plus haut depuis août 2023, a continué de nourrir l'"espoir de baisse de taux d'intérêt directeur à moyen terme" de la Banque centrale américaine, explique Stephen Innes, analyste de Spi AM.

Cela vient confirmer le sentiment né à la fin de la semaine dernière grâce, déjà, à des données sur l'emploi moins bonnes que prévu aux États-Unis, allégeant les tensions inflationnistes au niveau des salaires et soulignant le coup de moins bien de l'économie américaine, deux raisons pour que la Banque centrale américaine se montre plus accommodante à l'avenir.

Au Royaume-Uni, la décision de la Banque centrale d'Angleterre de maintenir ses taux inchangés mais avec une majorité de 7 contre 2 a donné encore de l'espoir aux investisseurs qu'une baisse pourrait avoir lieu dès la prochaine réunion, en juin.

Sur le marché obligataire, le taux d'intérêt de l'emprunt français reculait, suivant la tendance en fin de séance américaine jeudi. Le taux de l'emprunt à 10 ans s'établissait à 2,95%, contre 2,98% jeudi en clôture.

"Le prochain rendez-vous sera les chiffres de l'inflation américaine pour le mois d'avril, la semaine prochaine, mais depuis le début du mois, les investisseurs s'attendent à une politique monétaire plus accommodantes", résument les analystes de Deutsche Bank.

Les nouvelles de l'activité économique en Europe sont aussi plutôt bonnes: le Royaume-Uni est sorti au premier trimestre de la récession technique dans laquelle il était tombé fin 2023, alors que son produit intérieur brut (PIB) a progressé de 0,6% lors des trois premiers mois de l'année, a annoncé vendredi l'Office national des statistiques (ONS).

Le rebond de l'économie est plus marqué que ce à quoi s'attendaient les économistes, qui tablaient sur une progression de 0,4%.

Le reste de la séance s'annonce sans grand indicateur, si ce n'est le sentiment du consommateur aux Etats-Unis.

Legrand tout en haut

Le fabricant de matériel électrique Legrand avançait de 2,19% à 102,70 euros vendredi, la meilleure performance du CAC 40 sur la séance. Il réalise aussi la meilleure progression de la semaine (+7,41%), rebondissant largement après la baisse de plus de 2% vendredi 3 mai, jour de publication de ses résultats trimestriels.

Euronext CAC40

fs/cdu/ktr