La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 727,52
    +42,31 (+0,63 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 182,91
    +33,85 (+0,82 %)
     
  • Dow Jones

    35 294,76
    +382,20 (+1,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,1606
    +0,0005 (+0,05 %)
     
  • Gold future

    1 768,10
    -29,80 (-1,66 %)
     
  • BTC-EUR

    53 488,79
    +1 756,93 (+3,40 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 464,06
    +57,32 (+4,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,66
    +1,35 (+1,66 %)
     
  • DAX

    15 587,36
    +124,64 (+0,81 %)
     
  • FTSE 100

    7 234,03
    +26,32 (+0,37 %)
     
  • Nasdaq

    14 897,34
    +73,91 (+0,50 %)
     
  • S&P 500

    4 471,37
    +33,11 (+0,75 %)
     
  • Nikkei 225

    29 068,63
    +517,70 (+1,81 %)
     
  • HANG SENG

    25 330,96
    +368,37 (+1,48 %)
     
  • GBP/USD

    1,3751
    +0,0074 (+0,54 %)
     

La Bourse de Paris commence octobre en nette baisse

·2 min de lecture
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris (AFP/ERIC PIERMONT)

La Bourse de Paris perdait 0,90% vendredi, premier jour du mois d'octobre, préoccupée par l'accélération de l'inflation alors que de nouveaux chiffres sur la hausse des prix dans la zone euro sont attendus.

A 09H30, l'indice phare CAC 40 perdait 58,41 points à 6.461,60 points. Jeudi, il avait fini la séance en baisse de 0,62% et le mois de septembre en repli de 2,40%.

Les marchés ont "certainement beaucoup de raisons de s'inquiéter de la flambée des prix de l'énergie, des perturbations de la chaîne d'approvisionnement et des préoccupations concernant une inflation plus persistante", commente Michael Hewson, analyste chez CMC Markets UK.

En plus de réduire le pouvoir d'achat des ménages et de freiner la reprise économique, une inflation forte et persistante pourrait pousser les banques centrales à réduire leur soutien plus rapidement que prévu.

A 11H00 sera publié la première estimation de l'inflation dans la zone euro de septembre. Pour faire face à l'augmentation des prix de l'énergie plusieurs pays européens ont pris des mesures.

Le Premier ministre français a annoncé que le gouvernement allait "bloquer" le tarif réglementé du gaz au niveau d'octobre jusqu'en avril 2022, et limiter l'augmentation de celui de l'électricité à 4% en février, au lieu de 12% prévu.

Outre-Atlantique, les Etats-Unis ont évité in extremis la paralysie des services fédéraux grâce à une loi de finances qui prolonge le budget actuel jusqu'au 3 décembre, adoptée par la Chambre des représentants et le Sénat, et signée par Joe Biden.

Mais revers pour le président démocrate: après des heures de négociations frénétiques, les chefs démocrates du Congrès américain ont reporté le vote attendu jeudi pour approuver définitivement un vaste plan d'investissements dans les infrastructures, faute d'être parvenus à un accord entre l'aile gauche du parti et les plus centristes.

L'automobile toujours à la peine

Le marché automobile français a reculé de 20,5% en septembre par rapport à septembre 2020, selon la Plateforme automobile qui relève que les perspectives sont sombres pour la fin de l'année, en raison notamment de la pénurie de composants électroniques.

Stellantis perdait 3,27% à 16,05 euros, Renault 1,51% à 30,45 euros et Faurecia 2,18% à 40,01 euros.

Trois poids lourds dans l'hydrogène

Le groupe de gaz industriels Air Liquide (+0,15% à 138,73 euros), le géant de l'énergie TotalEnergies (-1,27% à 40,81 euros) et le spécialiste de la construction et des transports Vinci (-1,93% à 88,38 euros) ont annoncé la création d'un fonds d'investissement dédié au développement des infrastructures d'hydrogène renouvelable et bas carbone.

Euronext CAC40

jvi/ico/spi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles