La bourse ferme dans 6 h 31 min
  • CAC 40

    4 748,98
    -67,14 (-1,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 077,32
    -27,93 (-0,90 %)
     
  • Dow Jones

    27 685,38
    -650,19 (-2,29 %)
     
  • EUR/USD

    1,1811
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • Gold future

    1 901,50
    -4,20 (-0,22 %)
     
  • BTC-EUR

    11 124,51
    +23,21 (+0,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    261,31
    -2,11 (-0,80 %)
     
  • Pétrole WTI

    38,84
    +0,28 (+0,73 %)
     
  • DAX

    12 090,39
    -86,79 (-0,71 %)
     
  • FTSE 100

    5 784,12
    -7,89 (-0,14 %)
     
  • Nasdaq

    11 358,94
    -189,34 (-1,64 %)
     
  • S&P 500

    3 400,97
    -64,42 (-1,86 %)
     
  • Nikkei 225

    23 485,80
    -8,54 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    24 787,19
    -131,59 (-0,53 %)
     
  • GBP/USD

    1,3016
    -0,0005 (-0,04 %)
     

Bourse, or, inflation : ce que le choc de 2020 change pour l’investisseur

·2 min de lecture

Il est toujours difficile de se projeter vers l’avenir quand l’onde de choc d’une déflagration n’a pas fini de se propager, et qu’autour de soi beaucoup peinent encore à s’extraire des décombres. La crise sanitaire de 2020 constitue de toute évidence une de ces circonstances. Les statistiques quotidiennes sur la propagation encore rapide du virus, le détail des plans successifs de soutien budgétaire d’urgence, l’évolution mois par mois des statistiques d’activité économique tendent à monopoliser l’esprit des observateurs. Des effets décisifs à long terme ? Sans mentionner les rebondissements d’une campagne présidentielle américaine dans ses dernières semaines, parfois plus proche de la bataille de rue entre deux gérontes qu’à la confrontation de projets. Pourtant, il nous semble que la violence même du choc de 2020 est susceptible d’entraîner des effets potentiellement décisifs à long terme pour les investisseurs. Ces ramifications touchent au potentiel de croissance économique en Europe, aux États-Unis et dans le monde émergent. Elles touchent également à l’avenir de l’inflation des prix à la consommation, à la stabilité des monnaies, autant de questions dont on ne peut faire l’économie quand on s’interroge sur les perspectives des marchés actions, des marchés de taux et de devises. L’avenir de la croissance Dans l’immédiat, la quasi-totalité des pertes de revenus des ménages dues à la crise a été prise en charge par les gouvernements, en Europe comme aux États-Unis. Cette mobilisation politique sans précédent permet aujourd’hui d’observer des signaux de reprise encourageants, alimentés également par des phénomènes de reconstitution de stocks après leur effondrement des mois précédents. Le troisième trimestre aura été un épisode de rebond puissant, qui soutient d’ailleurs les exportations en provenance de Chine, où l’activité Cliquez ici pour lire la suite