La bourse ferme dans 8 h 1 min
  • CAC 40

    4 538,47
    -31,20 (-0,68 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    2 936,08
    -23,95 (-0,81 %)
     
  • Dow Jones

    26 659,11
    +139,16 (+0,52 %)
     
  • EUR/USD

    1,1673
    -0,0005 (-0,05 %)
     
  • Gold future

    1 873,90
    +5,90 (+0,32 %)
     
  • BTC-EUR

    11 382,71
    -69,67 (-0,61 %)
     
  • CMC Crypto 200

    260,46
    +17,78 (+7,33 %)
     
  • Pétrole WTI

    36,15
    -0,02 (-0,06 %)
     
  • DAX

    11 500,16
    -97,91 (-0,84 %)
     
  • FTSE 100

    5 552,37
    -29,38 (-0,53 %)
     
  • Nasdaq

    11 185,59
    +180,72 (+1,64 %)
     
  • S&P 500

    3 310,11
    +39,08 (+1,19 %)
     
  • Nikkei 225

    22 977,13
    -354,81 (-1,52 %)
     
  • HANG SENG

    24 107,42
    -479,18 (-1,95 %)
     
  • GBP/USD

    1,2925
    +0,0002 (+0,01 %)
     

Bourse : «Il n'y a pas de bulle sur les valeurs ISR»

·1 min de lecture

Comment expliquez-vous les performances de la gestion durable et responsable pendant la crise ?  Wim Van Hyfte : Ces dernières années, l'intérêt pour les questions environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) a augmenté et l'intégration de la durabilité dans les investissements s'est généralisée.  Cette approche d'investissement durable soutient les entreprises qui favorisent une transition vers une croissance et un développement socio-économique plus durables et inclusifs. La transition climatique, la tendance plus générale à une économie circulaire, les nouvelles réglementations, la lutte contre les inégalités sociales, le respect et le maintien de normes élevées en termes de capital humain sont, selon nous, autant de moteurs de la performance à long terme. Il est évident que les entreprises qui s'attaquent aux problèmes environnementaux et sociaux, qui s’engagent vers une économie nette zéro carbone, dans la gestion des ressources et des déchets, la production et la consommation responsables ou le passage à une économie circulaire soient plus résistantes et capables de faire face aux fluctuations à court terme de l'économie et des marchés financiers. Est-ce que ce n’est pas aussi leurs perspectives de croissance qui ont été appréciées ? Wim Van Hyfte : Il n'est pas surprenant que ce soient souvent des entreprises de croissance. La technologie et l'innovation étant devenues des facteurs clés de la transition climatique, les entreprises technologiques, mais aussi les entreprises très innovantes d'autres secteurs (comme l'alimentation et la distribution, la chimie, l'industrie, ...) ont beaucoup mieux traversé les perturbations économiques provoquées par la crise Covid19. Certains pensent aussi qu'une exposition plus faible aux entreprises et aux pays qui consomment beaucoup de combustibles fossiles expliquent nos performances, c'est loin d'être la seule explication. Cliquez ici pour lire la suite