Marchés français ouverture 5 h 27 min

Bourse : quel est l'impact du coronavirus sur nos géants de la santé ?

Les actions du secteur de la santé sont-elles vraiment des valeurs refuge ? Au vu du parcours boursier de nos géants de la santé depuis le pic de février sur les marchés d’actions européens, on pourrait à première vue en douter, un titre tel que Sanofi (code ISIN FR0000120578 - code mnémonique SAN) abandonnant pas moins de 22% depuis son sommet du mois dernier ! Reste que cette chute est d’une ampleur très inférieure au krach retentissant (-39% !) accusé par le CAC40 sur la période.

Si le secteur de la santé a de traditionnelles vertus défensives (quel que soit le contexte conjoncturel, le besoin de se soigner perdure, tandis que le vieillissement de la population constitue un soutien structurel), il suscite toutefois quelques inquiétudes actuellement. “Depuis l’apparition du coronavirus en Chine, l’industrie pharmaceutique est au centre d’un sujet majeur : la crainte de pénuries de médicaments”, relève ainsi Antoine Fraysse-Soulier, responsable de l'analyse de marchés chez eToro.

>> A lire aussi - Contre le coronavirus, Boiron déconseille d’utiliser ses produits

Des craintes liées à la Chine

Cette peur peut sembler légitime, selon la plateforme de trading. En effet, la Chine, en plus d’être le plus grand atelier du monde, en est également “l’un des plus gros laboratoires”, explique l’expert, qui souligne que la deuxième puissance économique mondiale est “l’un des principaux fabricants de principes actifs, c’est-à-dire de la molécule utilisée en faible proportion mais indispensable aux médicaments pour ses propriétés thérapeutiques”.

>> Notre service - Faites des économies en testant notre comparateur d’Assurances Santé

La production de la majorité des laboratoires pharmaceutiques a été délocalisée “dans des pays où le coût de la main d’œuvre est faible et où les exigences réglementaires et environnementales sont moindres”, rapporte Antoine Fraysse-Soulier, qui précise que “80% des fabricants de principes actifs se situent hors de l’Union européenne, contre 20% il y a trente

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Coronavirus, énergie, politique… l’Irak au bord de l’effondrement ?
Vladimir Poutine passe à l’offensive, après le plongeon du rouble
Amazon veut donner la priorité à l’approvisionnement des produits les plus demandés
Les pressions d’Amazon sur ses salariés sont “inacceptables”, dénonce Bruno le Maire
Comme les enterrements, les mariages civils et religieux sont suspendus