Marchés français ouverture 20 min
  • Dow Jones

    34 297,73
    -66,77 (-0,19 %)
     
  • Nasdaq

    13 539,29
    -315,83 (-2,28 %)
     
  • Nikkei 225

    27 011,33
    -120,01 (-0,44 %)
     
  • EUR/USD

    1,1297
    -0,0009 (-0,08 %)
     
  • HANG SENG

    24 239,99
    -3,62 (-0,01 %)
     
  • BTC-EUR

    33 032,20
    +929,99 (+2,90 %)
     
  • CMC Crypto 200

    847,48
    +26,89 (+3,28 %)
     
  • S&P 500

    4 356,45
    -53,68 (-1,22 %)
     

Bourse: qui sont les gagnants et les perdants de l'année record?

·2 min de lecture

Malgré la perturbation du Covid-19, la Bourse de Paris a réalisé la meilleure année du siècle.

Une année hors-normes! La Bourse parisienne a achevé une année exceptionnelle, avec une hausse de 28,85%, un record depuis… 1999. A l’époque, en pleine bulle Internet, l’indice parisien s’était envolé de plus de 50% en un an. Le CAC 40 a aussi , un niveau jamais atteint depuis sa création en 1988, malgré la qui a encore perturbé les économies en 2021. "Mais les Etats se sont substitués aux mécanismes économiques classiques, avec des plans de soutien rapides et massifs, et les résultats des entreprises ont été très bons", explique Alexandre Baradez, responsable des analyses marchés chez IG France.

C’est aussi un record par rapport aux autres grandes places boursières mondiales qui font moins bien que notre indice national: cocorico! Le Footsie anglais et le DAX allemand n’ont gagné respectivement que 14,3% et 15,8%. Aux Etats-Unis, le Dow Jones progresse de 18,9%, et l’indice technologique Nasdaq de 23%. Seul le S&P 500 se rapproche du CAC 40 sans l’atteindre, avec une hausse de 27,2%.

La victoire des outsiders

Derrière cette belle performance qui redonne des couleurs à la place parisienne, il est toujours intéressant de voir quelles ont été les plus fortes hausses et les plus fortes baisses de l’année. Plus des trois quarts des entreprises du CAC 40 ont enregistré une performance boursière positive, et c’est la qui arrive en tête avec une hausse de 77,5%. La banque dirigée par Frédéric Oudéa a fait mieux l’an dernier que son éternelle rivale BNP Paribas, qui truste le titre de première banque européenne. Et côté luxe, , c’est la même histoire: le sellier Hermès, qui occupe la deuxième place des hausses du CAC 40 (+74,6%), dame le pion au numéro un mondial du secteur et première capitalisation du CAC 40 LVMH (actionnaire de Challenges) qui ne gagne "que" 42,3%. Parmi les 9 baisses enregistrées au sein du CAC 40, c’est le numéro un français des paiements Worldline qui est la lanterne rouge, en baisse de 38%, suivi d’Alstom (-33%) et de Renault (-14,6%).

Et dans le[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles