La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,23 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2168
    +0,0100 (+0,83 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +16,30 (+0,90 %)
     
  • BTC-EUR

    47 917,09
    +1 989,67 (+4,33 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,28 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    +0,11 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,91 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,39 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,45 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,81 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0097 (+0,70 %)
     

“La Bourse est devenue un Casino Royale, le CAC 40 risque de rechuter à 5.000 points !”

·1 min de lecture

Je vous parle d’un temps que les moins de 30 ans ne peuvent pas connaître... C’était en 1999. A l’époque, le Cac 40 oscillait autour des 4 500 points. Jeune chef-économiste d’une grande banque française, j’osais alors cette prévision : Le Cac sera à 7.000 points pour l’an 2000. Cela peut paraître étonnant à certains aujourd’hui, mais pendant de nombreuses années, en fait de 1998 à 2015, j’étais perçu comme un grand optimiste ! Cette anticipation audacieuse mais fondée sur l’exubérance de la bulle Internet, faillit d’ailleurs être réalisée.

En effet, quelques mois plus tard, précisément lors de la séance du 4 septembre 2000, le CAC 40 touchait les 6 944,77 points. En direct, sur la chaîne financière Bloomberg TV, le présentateur me lança “Bravo, Marc ! Il y a un an vous annonciez le CAC à 7 000, nous y voilà. Vous allez pouvoir sabrer le champagne”. “Attendez, lui répondis-je, nous n’y sommes pas encore mais c’est promis ! Dès qu’on touche les 7.000, on ouvre le champagne, même si après, il faudra se préparer à une période de correction baissière qui devient inévitable”. En fait, j’étais en train de vivre la douloureuse expérience de l’adage “il ne faut jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué”. Et pour cause : le CAC 40 n’atteignit jamais les 7 000 points.

>> A lire aussi - Bourse : 6 actions du CAC 40 à éviter

Comme toute bulle, celle de l’Internet a effectivement explosé, puis, après un rebond correctif, se fut au tour de celle des subprimes... Seulement voilà : chassez (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le tarif des Vélib' électriques va augmenter
Les riches Indiens fuient leur pays, le prix des billets d’avion explose
Air Liquide bien positionné dans l’hydrogène : le conseil Bourse du jour
Vaccin AstraZeneca : 5 nouveaux cas de caillots sanguins en France
Comment Leroy Merlin bichonne ses 22 millions de clients