La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,10 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    -0,0018 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 711,29
    -791,72 (-3,86 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,89 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1166
    +0,0043 (+0,38 %)
     

Bourse : la crise du gaz fera-t-elle basculer l’Europe en récession ?

FedotovAnatoly/Adobe Stock

Les nuages s’accumulent sur la zone euro. “Entre le durcissement des conditions monétaires et la crise énergétique qui s'intensifie, on voit mal comment elle pourrait échapper à court terme à une récession technique”, avertit le spécialiste des devises IbanFirst, alors que la hausse des taux pèse sur la croissance. Les États empruntent à des taux plus élevés alors qu'ils mettent en avant des dépenses de plus en plus importantes pour faire face à la crise, souligne IbanFirst.

La dislocation du marché du gaz européen (20% de la consommation énergétique du Vieux Continent) “devrait entraîner l’Europe en récession et maintenir l’inflation à des niveaux élevés”, renchérit BDL Capital Management. En se servant du gaz comme d’une arme dans sa guerre contre l’Ukraine, la Russie provoque un choc d’offre brutal auquel l’Europe doit faire face. Moscou a arrêté les flux provenant de Nordstream 1, son plus grand gazoduc, pour une durée indéterminée. En forte hausse, les prix du gaz sont déjà sept fois plus élevés qu’il y a un an, les intervenants craignant que Nordstream 1 ne soit pas remis en marche, ce qui signifierait un arrêt quasi-total des flux russes à destination de l’Europe.

Les problèmes sur le gaz “remettent en cause tout le système énergétique européen et entraînent une grande incertitude”, relève BDL Capital Management. Face à un scénario noir, l’Europe tente de compenser en augmentant ses importations de GNL et en maximisant les flux venant des gazoducs norvégiens et nord-africains. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Carrefour et Auchan soupçonnés de fraude fiscale en Italie
TF1 assigne Canal+ en référé au tribunal de commerce après la coupure de ses chaînes
Etats-Unis : la lutte contre l'inflation durera "autant que nécessaire", prévient la vice-présidente de la Fed
La BCE condamnée à décevoir ? Le conseil Bourse
Énergie : la SNCF pourrait supprimer des trains cet hiver en cas d'urgence