Marchés français ouverture 7 h 20 min

Bourse : "le coronavirus est un choc comparable au 11 septembre et à la crise de 2008"

L’épidémie de Coronavirus constitue certainement un choc équivalent à ceux qui ont suivi les attentats du 11 septembre 2001 et la faillite de Lehman Brothers. Avant l’effondrement des tours jumelles, l’équilibre économique mondial apparaissait clair : sortis largement vainqueurs de la guerre froide contre l’URSS, puis de la guerre en Irak, les Etats-Unis semblaient à même d’assurer la sécurité économique, financière et matérielle de la planète. La chute des tours du World Trade Center, quelques mois après l’éclatement de la bulle Internet, a montré que la réalité était loin d’être si évidente.

Cette catastrophe a ainsi mis en exergue les dangers sécuritaires, tout en affaiblissant durablement la suprématie des pays développés. Neuf ans plus tard, autre choc, nouveau plongeon dans l’inconnu et nouveau changement de paradigme. Cette fois-ci, toutes les certitudes sur le système bancaire et financier s’écroulent en quelques jours. Et pour cause : contredisant le fameux principe du Too big to fail (trop gros pour qu’on puisse se permettre de laisser faire faillite, NDLR), les autorités américaines décident de mettre en faillite la quatrième plus grande banque d’affaires de la planète, en l’occurrence Lehman Brothers.

>> A lire aussi - Actions, or... 12 placements qui s'envolent à cause du coronavirus

Par là même, elles mettent également fin au règne sans partage de la finance mathématisée à l’extrême qui a laissé croire un temps que l’on pouvait augmenter les rendements sans augmenter le risque. Après avoir frôlé la faillite, les banques des pays développés s’amendent, arrêtent de spéculer avec leurs fonds propres et s’engagent à limiter leurs risques.

>> A lire aussi - 2020 : “l’année du rat risque de faire écho à 2008, pour la Bourse !”

En contrepartie, le monde va engager sa plus forte relance depuis le plan Marshall : baisse massive des taux d’intérêt de toutes les banques centrales, relance budgétaire mondiale de 5.000 milliards de dollars à l’échelle de la planète (soit,

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L’Italie risque de tomber en récession en raison du coronavirus
Activité non déclarée : quels sont les risques ?
Krach sur les actions : l’euro, le franc suisse et le yen bondissent, le rouble plonge
Nouvelle Fiat 500 : une version Abarth électrique dans les cartons
Bientôt une aide financière pour réparer votre mobile