La bourse ferme dans 22 min
  • CAC 40

    6 624,44
    +23,78 (+0,36 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 140,12
    +13,42 (+0,33 %)
     
  • Dow Jones

    34 316,42
    -163,18 (-0,47 %)
     
  • EUR/USD

    1,2130
    +0,0023 (+0,19 %)
     
  • Gold future

    1 868,70
    -10,90 (-0,58 %)
     
  • BTC-EUR

    33 420,30
    +3 584,98 (+12,02 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 007,40
    +38,56 (+3,98 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,53
    +0,62 (+0,87 %)
     
  • DAX

    15 716,61
    +23,34 (+0,15 %)
     
  • FTSE 100

    7 168,40
    +34,34 (+0,48 %)
     
  • Nasdaq

    14 100,48
    +31,05 (+0,22 %)
     
  • S&P 500

    4 240,25
    -7,19 (-0,17 %)
     
  • Nikkei 225

    29 161,80
    +213,07 (+0,74 %)
     
  • HANG SENG

    28 842,13
    +103,23 (+0,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,4118
    +0,0002 (+0,01 %)
     

Bourse de commerce : Aillagon défend François Pinault

·2 min de lecture

Au terme de travaux colossaux, le directeur général de Pinault Collection Jean-Jacques Aillagon ouvre la Bourse de Commerce à Paris. L’ex-ministre de la Culture revient sur l'exceptionnelle aventure de ce nouveau musée parisien et défend le mécène Pinault.

Dans la rotonde de la Bourse de Commerce entièrement rénovée, transformée en un musée d’art contemporain, le Suisse Urs Fischer a posé un spectaculaire Enlèvement d’une Sabine en cire, reproduction d’une sculpture de Jean de Bologne (1529-1608). Spécialement réalisée pour l’ouverture du monument au public ce 22 mai, la bougie géante se consumera les premiers jours. Une allégorie de « la vanité des choses » et des « fins dernières », explique Jean-Jacques Aillagon, le directeur général de Pinault Collection, qui coiffe le Palazzo Grassi de Venise et la Bourse de Commerce. A l’extérieur, une installation lumineuse de Philippe Parreno, Mont analogue, surmonte la colonne construite par Catherine de Médicis. Au programme, les œuvres de David Hammons, Bertrand Lavier ou Martial Raysse. Les créateurs fétiches de Pinault, Jeff Koons ou Murakami, sont absents. « Pas de grandes stars, des artistes qui développent leur combat », explique l’ancien ministre de la Culture et ex-président du château de Versailles, invité de L’Entretien HEC-Challenges sur le plateau de BFMBusiness, la semaine même de l’inauguration.

Renouveler l’intérêt du public

Pour ouvrir avec presque un an de retard la Bourse de Commerce au public (10 à 14 euros l’entrée), il a fallu s’adapter aux contraintes du Covid : « Le bâtiment peut recevoir 1800 personnes, la jauge a été rabaissée à 600-700 visiteurs. » François Pinault a englouti 160 millions d’euros pour faire aboutir un projet vieux de quinze ans qui aurait pu s’installer sur l’île Seguin, à Boulogne-Billancourt, et s’est concrétisé au Palazzo Grassi de Venise avant de revenir à Paris. « Les deux cités n’ont rien à voir, explique Aillagon. Venise est une ville de 60 000 habitants permanents, mais parfois, pendant la Biennale, le monde entier de l’art s’y retrouve : il fallait créer un lieu événementiel. A Paris, l’offre est immense, nous devions renouveler l’intérêt du public. »

Visite privée de Bernard Arnault

Pas de préférence : Pinault a la mêm[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi