Publicité
La bourse ferme dans 8 h 23 min
  • CAC 40

    7 598,63
    0,00 (0,00 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 916,80
    +19,36 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    40 358,09
    -57,35 (-0,14 %)
     
  • EUR/USD

    1,0847
    -0,0011 (-0,10 %)
     
  • Gold future

    2 418,30
    +11,00 (+0,46 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 772,75
    -641,30 (-1,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 359,36
    -6,53 (-0,48 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,33
    +0,37 (+0,48 %)
     
  • DAX

    18 557,70
    +150,63 (+0,82 %)
     
  • FTSE 100

    8 167,37
    0,00 (0,00 %)
     
  • Nasdaq

    17 997,35
    -10,22 (-0,06 %)
     
  • S&P 500

    5 555,74
    -8,67 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    39 154,85
    -439,54 (-1,11 %)
     
  • HANG SENG

    17 271,63
    -197,73 (-1,13 %)
     
  • GBP/USD

    1,2892
    -0,0017 (-0,13 %)
     

Bourse : le CAC 40 va-t-il subir un choc après les élections législatives ?

D-Keine/Getty Images

Le CAC 40 a réagi plutôt positivement à l’issue des élections législatives, même si une certaine prudence reste perceptible (à l’heure où ces lignes sont écrites) à la Bourse de Paris. On aurait pu penser que l’arrivée du Nouveau Front populaire (NFP) au premier rang du nombre de sièges remportés à l’Assemblée nationale aurait provoqué quelques dégagements sur les actions françaises, mais le marché est tout de même rassuré par l’absence de majorité absolue pour le front de gauche, dont le programme de campagne (particulièrement dépensier) suscitait des craintes marquées sur la trajectoire des finances publiques (déjà à la dérive, d’autant que la France est sous la menace d’une procédure de déficit excessif de Bruxelles), avec à la clé un risque haussier sur les taux à long terme de la France et un risque baissier pour le CAC 40.

Le stress initial observé sur le CAC 40 le 10 juin (après la décision d’Emmanuel Macron de dissoudre l’Assemblée nationale) était lié au scénario d’une majorité absolue du Rassemblement national (RN) ou du Nouveau Front populaire, avec à la clé l’application éventuelle de programmes économiques considérés comme peu crédibles, relève Alexandre Baradez, responsable de l’analyse marchés chez IG France et chroniqueur pour Capital. Ces scénarios extrêmes n’étant plus sur la table, la volatilité sur les actions pourrait ainsi un peu retomber selon l’expert, qui souligne toutefois que des incertitudes politiques persistent, à ce stade.

Le nombre de sièges obtenus (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Airbus : meilleure dynamique sur les livraisons en juin après le trou d’air de mai
Bourse : le CAC 40 sous pression, la note de la France risque d’être abaissée selon Moody’s
Ariane 6 parée pour le décollage : quand l'extraterrestre Elon Musk taclait la fusée européenne
Dassault Systèmes chute lourdement en Bourse, «report de contrats importants»
Ariane 6 : un tout premier décollage à haut risque pour la fusée européenne