La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 872,96
    -126,90 (-0,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2091
    -0,0023 (-0,19 %)
     

Bourse : CAC 40, L’Oréal, Carrefour, FDJ, Netflix, ether… au programme de Momentum cette semaine

Emmanuel Faure/Getty Images

Les actions françaises et européennes ont été à la fête depuis fin septembre. Alors que la crise énergétique liée à la guerre en Ukraine laissait craindre une récession plus profonde en Europe qu’aux Etats-Unis, la situation “est moins tendue que prévu”, souligne Frédéric Rollin, conseiller en stratégie d’investissement chez Pictet Asset Management. En effet, les prix du gaz ont largement reflué, la reconstitution des stocks de gaz est satisfaisante, l’automne a été jusqu’ici assez doux et l’hiver devrait être moins difficile qu’anticipé à traverser sur le front de l’énergie. D’autant que du côté de la guerre en Ukraine, le conflit tend à se stabiliser, tandis que la rhétorique sur le recours au nucléaire est plus rassurante.

Si les chiffres de la confiance des ménages et des entreprises sont peu engageants, l’activité économique s’est jusqu’ici “un peu mieux tenue que prévu”, tandis que les résultats du troisième trimestre “ont été corrects”, relève Frédéric Rollin. D’où l’idée que les niveaux de valorisation atteints par les actions européennes (historiquement faibles par rapport aux actions américaines) n’étaient pas justifiés. Pour autant, la société de gestion genevoise reste prudente sur les actions européennes.

En effet, les statistiques économiques sur la consommation et la production - des données plus “dures (c’est-à-dire tangibles, NDLR)” que les chiffres de la confiance - “vont finir par se détériorer”, juge Frédéric Rollin. Un phénomène qui va peser sur les profits (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Roche n'atteint pas ses objectifs lors des essais d'un traitement de la maladie d'Alzheimer
CAC 40 : la Chine soutient la Bourse, LVMH, Kering, l'Oréal et Hermès à surveiller
Pouvoir d’achat : BFMTV voit ses programmes perturbés par un mouvement de grève
CAC 40 : les dividendes ont atteint des sommets en 2021
Les ventes de vêtements en magasin ne cessent de baisser