La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 825,77
    -271,49 (-0,87 %)
     
  • Nasdaq

    11 271,77
    +143,92 (+1,29 %)
     
  • Nikkei 225

    26 423,47
    +269,66 (+1,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0270
    -0,0154 (-1,48 %)
     
  • HANG SENG

    21 853,07
    +22,72 (+0,10 %)
     
  • BTC-EUR

    19 360,49
    -121,90 (-0,63 %)
     
  • CMC Crypto 200

    429,76
    -10,26 (-2,33 %)
     
  • S&P 500

    3 814,15
    -11,18 (-0,29 %)
     

La Bourse américaine entre en zone de turbulences

NDZ/STAR MAX/IPx/AP/SIPA

Percutés par l'inflation, les pénuries et la guerre, les indices se sont retournés. La tech, notamment, pourrait souffrir de la volatilité des marchés autant que de la hausse des taux.

Par rapport à son plus haut de janvier, l'indice S&P 500 des grandes compagnies américaines a plongé de près de 20%. Soit le seuil à partir duquel les investisseurs commencent à vraiment s'inquiéter. Pire, le , indice phare des valeurs tech, a chuté plus brutalement, de 29% depuis novembre. Depuis que a commencé à enfler, les investisseurs étaient anxieux de savoir jusqu'à quel point la Réserve fédérale (Fed), la banque centrale américaine, allait resserrer sa politique monétaire, et si l'effet sur le prix des actions serait douloureux. La réaction des marchés après l'annonce par la Fed, le 4 mai, d'un relèvement de ses taux de 0,5 point donne la réponse: c'est très douloureux. Et ils s'attendent à une hausse des taux de 1,9 point supplémentaire d'ici à la fin de l'année.

La hausse des taux d'intérêt réels érode la valeur des flux de trésorerie futurs. D'où un retour de bâton violent pour les titres de la tech, dont la valorisation repose sur des prévisions de forte croissance générant de gros profits dans un lointain avenir. De même, le prix des obligations à longue échéance a chuté. Et les actifs spéculatifs ne générant pas de cash se sont effondrés: ainsi, le bitcoin ne s'échange plus qu'à environ 27.000 dollars, la moitié de sa valeur de novembre.

Ce trou d'air est-il le signe de problèmes plus profonds? est à 3,6%, et pourtant plus de 11 millions d'emplois ne sont pas pourvus; la guerre en a fait s'envoler les prix de l'énergie; et la stratégie zéro-suivie par la ajoute à la désorganisation des chaînes d'approvisionnement mondiales. Autant de raisons qui maintiendront l'inflation élevée. Or plus elle durera, plus la Fed sera obligée d'agir et plus le risque d'une récession grandira. Cette petite tempête sur les marchés financiers ne fait-elle que refléter les problèmes économiques, ou peut-elle aussi les amplifier?

Frein sur es prêts et transactions risquées

Au cours de la dernière décennie, les marchés de la dette et des actions ont joué un plus grand rôle da[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles