La bourse est fermée

Bourse 2020 : cette société de gestion américaine mise sur les actions décotées

Romain Boscher, directeur Monde de la gestion Actions de Fidelity, anticipe une reprise «molle» de la croissance mondiale dans les prochains mois, favorable à l’évolution des Bourses.

L’activité des entreprises est soutenue par des taux d’intérêt qui vont rester bas et les actions bénéficient d’un rendement des dividendes supérieur au rendement obligataire.

Les banques centrales n’ont pas d’autre choix que d’augmenter la liquidité pour préserver le système financier et les États sont incités à relancer les dépenses publiques grâce au faible coût de l’argent.

Les actions devraient encore bénéficier des achats d’actions par les entreprises aux États-Unis et en Europe, et les flux dans les fonds investis en actions devraient cesser de se détériorer. Fidelity prévoit une hausse des profits des entreprises de 8% en 2020 et de 9% en 2021, après une quasi-stagnation en 2019.

Privilégier les valeurs décotées 

Mais Romain Boscher prévoit une inflexion du marché en faveur des sociétés moins chères et plus sensibles à la conjoncture (la «value»). Il convient donc de faire le tri, en évitant des entreprises trop bien valorisées ou celles qui ne font pas de bénéfices.

La baisse des charges financières liée à la faiblesse des taux et la baisse des taux d’imposition a toutefois trouvé ses limites. C’est le «retour à la réalité», où les gérants vont s’interroger sur la soutenabilité des profits à long terme et des dividendes distribués.

À ce titre, le secteur bancaire est jugé peu attractif, dans un environnement de taux bas ou négatifs et de forte concurrence sur les activités les plus rentables, alors que la pérennité des dividendes versés pose question.

Fidelity privilégie en 2020 des valeurs de rendement et la «value», le Japon, l’Europe et les petites valeurs. En obligations, la dette émergente et les emprunts indexés à l’inflation sont jugés Cliquez ici pour lire la suite