La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 333,62
    -60,13 (-0,17 %)
     
  • Nasdaq

    14 073,96
    -100,18 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    29 441,30
    +279,50 (+0,96 %)
     
  • EUR/USD

    1,2130
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • HANG SENG

    28 638,53
    -203,60 (-0,71 %)
     
  • BTC-EUR

    34 058,36
    +727,78 (+2,18 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 024,50
    +13,90 (+1,37 %)
     
  • S&P 500

    4 249,37
    -5,78 (-0,14 %)
     

Les Bornées, la start-up qui accélère la mixité dans le vélo et le triathlon

·2 min de lecture

INTERVIEW - Maude Baudier, co-fondatrice de la start-up Les Bornées, entend féminiser les disciplines très masculines que sont le cyclisme et le triathlon.

Maude Baudier, adepte de triathlon et de cyclisme, nous parle de la start-up Les Bornées qu’elle a co-fondée fin 2017. Son but: promouvoir la mixité dans l’univers très masculin du cyclisme et du triathlon, à travers des ateliers de mécanique, des stages de sport, ou encore des sorties en vélo (les « rides »), animés par des ambassadeurs et des ambassadrices un peu partout en France. La communauté est à ce jour présente dans vingt-quatre villes françaises et compte 60% de femmes. La jeune sportive raconte la genèse des Bornées et discute de ses projets futurs, mais aussi des difficultés qu’elle a pu rencontrer lorsqu’elle s’est lancée dans l’entrepreneuriat.

Challenges - Qu’est-ce que les Bornées?

Maude Baudier: Nous sommes ce qu’on pourrait appeler une « sport tech à impact ». Les Bornées, c'est une entreprise du sport qui travaille sur des sujets sociaux d’inclusion. Elle a dans le même temps une importante dimension technologique que nous souhaitons développer davantage.

Comment est né le club des Bornées?

En 2017, je me suis mise au vélo de route. J’étais déjà pratiquante de la course à pied, j’avais couru le marathon, et je cherchais un sport complémentaire pour éviter de me blesser. Je me suis inscrite à l’Étape du Tour - une des épreuves du Tour de France ouverte aux amateurs qui a lieu en montagne. J’ai annoncé la nouvelle sur les réseaux sociaux et des hommes se sont permis de m’écrire pour me dissuader de faire la course, en affirmant que c’était trop difficile pour une femme. Je me suis alors rendue compte de l'ampleur du sexisme et de la misogynie dans le cyclisme. Cela explique en partie pourquoi les femmes sont très peu présentes dans ce sport: elles représentent seulement 6% des participants de l’Étape du Tour, tandis que la Fédération française de cyclisme ne compte que 10 % de femmes licenciées. Il y a quelques décennies, le marathon était également le pré carré des hommes, alors qu'aujourd'hui on estime qu'environ 40% de ses participants sont des[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi