Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 534,52
    -52,03 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 827,24
    -42,88 (-0,88 %)
     
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,49 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,0886
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    2 402,80
    -53,60 (-2,18 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 684,07
    +318,80 (+0,52 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 385,00
    +54,11 (+4,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,25
    -2,57 (-3,10 %)
     
  • DAX

    18 171,93
    -182,83 (-1,00 %)
     
  • FTSE 100

    8 155,72
    -49,17 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,28 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2915
    -0,0032 (-0,25 %)
     

Bordeaux : cinq cas probables de botulisme placés en réanimation, une maladie rarissime

Le CHU de Bordeaux, ici en janvier 2020.
GEORGES GOBET / AFP

BORDEAUX - C’est une maladie neurologique rarissime mais potentiellement mortelle. Plusieurs personnes ont été hospitalisées à Bordeaux pour des cas probables de botulisme, dont cinq étaient ce mardi 12 septembre en réanimation, selon une information initiale de Sud-Ouest.

La plupart « sont de nationalité étrangère (USA, Canada, Allemagne). Elles ont toutes fréquenté au cours de la semaine dernière le même bar de Bordeaux, le Tchin Tchin Wine bar », indiquent dans un communiqué commun la préfecture de Nouvelle-Aquitaine et l’Agence régionale de santé. « Les aliments suspectés sont à ce stade des conserves de sardines faites maison par le restaurateur ».

« Nous avons cinq patients admis en réanimation, dont quatre intubés, et trois en soins continus », a déclaré à l’AFP Benjamin Clouzeau, médecin réanimateur au CHU Pellegrin, précisant que « tous ces patients ont bénéficié d’un traitement anti-toxinique ».

PUBLICITÉ

« Leur état peut potentiellement persister pendant plusieurs semaines », au cours desquelles « de multiples complications » peuvent survenir, selon lui. « C’est exceptionnel. En France nous avons entre 20 et 30 cas par an. Là nous en avons eu neuf, puisqu’une personne est repartie à l’étranger dans l’intervalle », a-t-il ajouté.

Les conserves ont été consignées dans l’attente des résultats des analyses

« Le dernier repas contaminant date potentiellement de samedi, donc on peut s’attendre à l’arrivée d’autres malades pendant quelques jours », a-t-il précisé.

Le médecin appelle les personnes présentant des signes digestifs (diarrhée, vomissements) ou des troubles de la vision ou de la parole, après avoir fréquenté l’établissement concerné, à contacter les services d’urgence pour bénéficier du traitement anti-toxinique « le plus précocement possible ».

La direction départementale de la protection des populations (DDPP) a effectué des prélèvements dans l’établissement et toutes les conserves ont été consignées dans l’attente des résultats des analyses, « dans les trois jours », précisent la préfecture et l’ARS. L’établissement reste ouvert mais avec un service réduit (vin et en-cas).

Le botulisme est une maladie à déclaration obligatoire, provoquée par des neurotoxines botuliques réparties en 8 types (A à H) qui s’attaquent au système nerveux et entraînent des problèmes oculaires (vision double), un défaut de déglutition et, dans les formes avancées, une paralysie des muscles, notamment respiratoires, qui peut engendrer un décès.

Cette affection neurologique se développe notamment dans les aliments mal conservés, notamment les salaisons, charcuteries ou conserves d’origines familiale ou artisanale.

À voir également sur Le HuffPost :

Bordeaux : enquête ouverte après le viol d’une supportrice irlandaise le soir de Pays de Galles-Fidji

En Gironde, un wagon du petit train du « Kid Parc » se détache et fait quatre blessés, dont deux enfants