Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 724,32
    +97,19 (+1,27 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 043,02
    +66,89 (+1,34 %)
     
  • Dow Jones

    40 000,90
    +247,15 (+0,62 %)
     
  • EUR/USD

    1,0910
    +0,0040 (+0,37 %)
     
  • Gold future

    2 416,00
    -5,90 (-0,24 %)
     
  • Bitcoin EUR

    53 609,42
    +597,29 (+1,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 225,40
    +26,83 (+2,24 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,18
    -0,44 (-0,53 %)
     
  • DAX

    18 748,18
    +213,62 (+1,15 %)
     
  • FTSE 100

    8 252,91
    +29,57 (+0,36 %)
     
  • Nasdaq

    18 398,45
    +115,04 (+0,63 %)
     
  • S&P 500

    5 615,35
    +30,81 (+0,55 %)
     
  • Nikkei 225

    41 190,68
    -1 033,34 (-2,45 %)
     
  • HANG SENG

    18 293,38
    +461,05 (+2,59 %)
     
  • GBP/USD

    1,2990
    +0,0075 (+0,58 %)
     

Bonus écologique : ces modèles n’y auront plus droit en 2024 !

MG Motor

C’est une aide gouvernementale qui est la bienvenue pour inciter à remplacer sa voiture par un modèle neuf, et surtout moins polluant. Le bonus écologique récompense les acheteurs qui font l’effort d’acheter une nouvelle voiture utilisant une énergie alternative à l’essence ou au diesel. Auparavant, les modèles hybrides rechargeables étaient éligibles, mais désormais seules les voitures électriques (à batterie ou à hydrogène) peuvent en bénéficier. Il s’élève à 5 000€ maximum, ou 7 000€ pour les Français dont le revenu fiscal de référence par part est inférieur à 14 090€. La voiture en question doit avoir un prix de vente catalogue inférieur à 47 000€, et un poids à vide inférieur à 2,4 tonnes.

Un nouveau barème pour 2024

C’est en tout cas le barème qui court actuellement pour l’année 2023. Mais tout cela devrait bientôt changer, le Gouvernement ayant annoncé les évolutions à venir pour le bonus/malus écologique en 2024. À partir du 1er janvier prochain, un score va entrer en vigueur dans le décompte du bonus. Jusqu’à présent, l’État ne faisait pas de distinction entre les modèles électriques produits localement, et ceux assemblés hors de l’Union européenne. C’est précisément cela qui va changer.

L’État cherche à récompenser les constructeurs qui font l’effort de produire au plus proche de l’UE, avec des modes de production et des matériaux qui limitent l’empreinte carbone du cycle de production. "Aujourd'hui, on a des entreprises en France et en Europe qui fabriquent en...Lire la suite sur Autoplus